Secteur du vin : pourquoi les prix baissent ... entrainant une baisse des prix en cascade

la dynamique de baisse a entrainé les autres millésimes.
La dynamique de baisse a entrainé les autres millésimes. © Claire Lise Schoeser

Pour les châteaux les plus prisés, pas d'inquiétude : même en net recul, leurs prix de vente 2008 restent très supérieurs à leur prix de revient. Le plus ennuyeux, c'est que cette tendance a entrainé une baisse des prix en cascade. Car les autres vins et les autres appellations ont du s'aligner sur cette baisse des prix. Si bien que pour les appellations les moins prisées et les propriétés moins prestigieuses, c'est une quantité de vignerons qui sont en danger, du Bordelais à la Bourgogne, en passant par le Rhône, Cahors et le Languedoc. La chute historique des cours conjuguée à la baisse de la demande a conduit le litre de vin rouge de l'AOC de Bordeaux à être vendu un euro... A peine quatre fois plus que le prix d'un litre de lait !

Qui plus est, cette dynamique de baisse a entrainé les autres millésimes, contraints de s'aligner sur les tarifs du 2008. Viticulteurs comme négociants ayant accumulés des stocks ont donc toutes les peines du monde à les écouler. Les propriétaires des vieux millésimes doivent faire face à une dépréciation de ces "actifs pourris" dont la valeur approche sans doute le demi-milliard d'euros au titre du surévalué 2007. Un peu moins pour le 2006.

Autour du même sujet