Secteur du vin : pourquoi les prix baissent Les exportations s'effondrent

les bourgogne sont plus touchés que les bordeaux.
Les Bourgogne sont plus touchés que les Bordeaux. © Raymond Rochette

Crise mondiale oblige, de juillet 2008 à juin 2009, les exportations de Bordeaux ont baissé de 16% passant de 6 millions d'hectolitres à 5 millions selon le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). En Bourgogne, seule région dont la majorité de la production est exportée, Michel Baldassini, le président du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), confie que pour les "deux principaux marchés, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, on est entre 20 et 30% de baisse." Et la situation n'est guère plus réjouissante pour les Touraine et autres Saumur (-25% au premier semestre).

L'export représentant au moins un tiers des ventes pour la plupart des appellations, la frilosité des étrangers pose un sérieux problème. Car jusqu'ici, le développement de l'export compensait la baisse de la consommation nationale. Mais heureusement pour Bordeaux, certains pays maintiennent vigoureusement leurs importations, à l'instar de la Chine (+62%), et "les prix à l'export sont stables", se réjouit Georges Haushalter, vice président du CIVB. Si ce n'est que le prix moyen d'une bouteille à l'exportation à destination de la Chine est deux fois inférieur à celui d'une bouteille à destination du Royaume-Uni.

Autour du même sujet