Pourquoi la crise ne profite pas au hard discount Comment le hard discount peut-il réagir ?

Sentant le vent tourner, les hard discounters ont entamé une phase de restructuration rapide. Selon les informations du magazine LSA, "12% du parc de magasins pourrait changer de mains dans les mois à venir". Sur les 1 600 magasins Lidl, 250 seraient à céder faute de rentabilité pour parce qu'ils ne correspondent plus au nouveau modèle de l'enseigne, en termes de taille ou d'emplacement. Le Mutant, propriété du groupe Coop, serait en négociation avec Leader Price (groupe Casino) pour céder 150 points de vente. Des magasins qui permettraient à Leader Price de compléter sa couverture géographique de la France. Dia, ancienne filiale discount de Carrefour, chercherait aussi des repreneurs pour 150 de ses 900 magasins.

l'enseigne le mutant chercherait à céder 150 points de vente.
L'enseigne Le Mutant chercherait à céder 150 points de vente. © COOP CNP

Alors, le hard discount est-il vraiment fichu en France ? Pas sûr. "Les groupes de hard discount restent très puissants en Europe, affirme Yves Marin. En Allemagne, ils comptent pour 43% de part de marché. Et en Angleterre, leurs ventes sont en progression". Ils ont donc les moyens de rebondir. Pour cela, ils vont toutefois devoir s'interroger sur leur stratégie.

Consommation / Discount