Pourquoi la crise ne profite pas au hard discount Le désamour des Français

"Le hard discount va-t-il disparaître du paysage commercial ?", s'interrogeait en septembre 2013 Yves Puget, rédacteur en chef de la revue spécialisée LSA. Une question qui aurait paru saugrenue il y a encore quelques années. Jusqu'en 2010, les enseignes de hard discount avaient le sourire. Elles multipliaient les ouvertures de magasins et se vantaient d'attirer toujours plus de clients grâce à leurs prix cassés.

la part de marché du hard discount a perdu 1,5 point en trois ans.
La part de marché du hard discount a perdu 1,5 point en trois ans. © JDN

Mais depuis, la machine s'est enrayée. De 13,7% au deuxième trimestre 2010, la part de marché du hard discount est tombée à 12,2% fin 2013, selon les chiffres Kantar Worldpanel. En quatre ans, la part de Français fréquentant les magasins discount a ainsi perdu 3,4 points pour descendre à 68,8%. "150 magasins ont fermé en 2013 et le circuit a perdu 700 000 clients en deux ans", confirme Yves Marin, consultant spécialisé dans la grande consommation et la distribution chez Kurt Salmon.

Consommation / Discount