Ces distributeurs qui multiplient les usines Beaucoup d'avantages...

ikea réalise 10% de ses ventes avec des produits issus de ses usines.
Ikea réalise 10% de ses ventes avec des produits issus de ses usines. © Ikea

Les enseignes qui ont opté pour ce choix stratégique cumulent les avantages. D'une, en s'appropriant les activités en amont, le distributeur s'approprie les marges des fournisseurs. Idéal pour la grande distribution où elles sont faibles et la concurrence féroce. Avec ses usines, Intermarché peut vendre moins cher ou marger plus. "L'intérêt pour l'enseigne, c'est qu'elle peut maitriser complètement sur certains produits clés le mix prix pour en faire des avantages concurrentiels," détaille Pierre Deyries, le directeur du développement durable d'Ikea France.

Et de deux, il fait de belles économies. Exit les négociations onéreuses et bienvenue au partage d'informations entre un pôle industriel et un pôle distribution quand il s'agit de négocier avec les fournisseurs d'autres produits. C'est ce que retient Ikea qui peut tester les produits élaborés par ses designers directement dans ses usines ou être au courant avant les autres des dernières techniques de fabrication. "Et puis les contrats sont plus faciles qu'avec un fournisseur", ajoute Fabian Bergès, chercheur en économie à l'Université de Toulouse. Les deux parties sont tout de suite d'accord sur le prix.

Enfin, cela permet d'être réactif vis-à-vis des consommateurs et de leurs envies. Idéal pour Zara qui se doit de coller à la mode : "Nous pouvons créer une collection en quatre semaines, voire en deux si le marché l'exige", a théorisé Amancio Ortega, le fondateur de Zara, dans son autobiographie. Et en changer aussi vite si cela ne marche pas.


 

Ikea / Zara