La cotation en Bourse : un atout ou un inconvénient pour les PME ?

La cotation en Bourse est de plus en plus souvent perçue par les entreprises de petite et moyenne taille comme une contrainte. Les reproches les plus fréquemment invoqués sont la lourdeur des coûts, la complexité, la rigidité de la réglementation et la volatilité des cours.

De tels arguments sont recevables, mais n’en demeurent pas moins discutables, car la situation diffère sensiblement selon les marchés.
Ainsi, une petite société, qui aura fait le choix d’être cotée sur un marché réglementé, sera d’autant plus fondée à s’interroger sur l’intérêt de la charge ainsi supportée qu’elle en retirera un gain limité si elle ne parvient pas à remplir les conditions de visibilité et de liquidité nécessaires. A contrario, un grand groupe y trouvera du fait de ses moyens et ses besoins un bénéfice tout autre.
La même société devra-t-elle en conclure pour autant qu’elle n’a pas d’autre choix que de se retirer de la Bourse ? La réponse est négative, car elle aura la possibilité d’opter pour un marché non réglementé, mais néanmoins régulé (cf. Alternext), et de jouir ainsi des principaux avantages d’une cotation, sans s’exposer à des dépenses et des obligations démesurées.

L’occasion est donnée de rappeler que les obligations en question ont des contreparties, qui s’apparentent à autant d’atouts et d’opportunités.
L’accès au marché des capitaux demeure l’objectif principal de toute introduction en bourse. Son intérêt est double, sachant qu’il permet aux entreprises non seulement de procéder à des levées de fonds, sous différentes formes, mais aussi de diversifier et d’équilibrer leurs sources de financement. Des leviers appréciables au moment où les conditions de recours au crédit bancaire se durcissent.
De surcroît, la cotation facilite et favorise les transactions, et participe par là même à la fluidité du capital. Un argument précieux pour les sociétés qui souhaitent attirer des investisseurs, mettre en place des plans d’intéressement, ou encore rémunérer des opérations par échange de titres et éviter de la sorte un excès d’endettement.
Autre avantage, la présence en bourse oblige à un contrôle, une diffusion et un suivi de l’information, et concourt ainsi à la crédibilité et la notoriété des entreprises.
Des atouts qui peuvent s’avérer déterminants lors de la recherche de partenaires, du recrutement de collaborateurs ou de la participation à des appels d’offres. De même, l’encadrement de la communication peut aider à la structuration des procédures internes, et la publication de prévisions ou d’objectifs peut contribuer à la motivation des équipes.
En conclusion, la sophistication des marchés financiers ne doit pas occulter le rôle clé de la bourse dans l’économie et en détourner les petites entreprises. Lesquelles y ont toute leur place dès lors qu’elles choisissent le compartiment approprié et inscrivent leur démarche dans un projet global.


Autour du même sujet