Le déficit budgétaire des Etats-Unis diminue rapidement

Henry Blodget, journaliste pour le magazine américain Business Insider, démontre que la soi-disant crise budgétaire des Etats-Unis est le fruit d'une psychose et ne reflète pas la réalité des finances du pays.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

L'un des deux partis politiques américains persiste à dire que les Etats-Unis sont confrontés à une "crise de la dépense publique", qui doit immédiatement être résolue par le biais de coupes supplémentaires dans le budget fédéral. Selon le Parti républicain, si nous ne réduisons pas les dépenses nos dettes prendront des proportions vertigineuses et le pays implosera.

La bonne nouvelle, pour ceux qui ne se réjouissent pas à l'idée de voir les Etats-Unis s'effondrer, est que cette paranoïa est apparemment très exagérée.
A dire vrai, notre crise de la dette et du déficit s'atténue rapidement.
Le déficit en lui-même s'amenuise désormais à vitesse grand V, et comme le montrent les taux d'intérêt extrêmement bas, le marché obligataire n'est pas inquiet de notre capacité à garder le contrôle de notre endettement sur le long terme.
ID'autant plus que l'actuel déficit budgétaire n'est pas seulement le résultat d'un "problème de dépenses". l est également la conséquence directe d'un "problème d'impôts trop faibles", tout du moins si l'on se fie aux événements récents.
A long terme, et si nous ne maîtrisons pas nos dépenses militaires et de santé, nous devrons faire face à un déficit considérable. Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Traduction par Joséphine Dennery, JDN

Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 300 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet