Monsieur le Premier Ministre, n’oubliez pas les industriels dans l’efficacité énergétique

Alors que le débat sur la transition énergétique se clôt dans quelques jours par une conférence environnementale, les industriels ont été quelque peu oubliés. Un recentrage du débat est encore possible : tour d'horizon du potentiel et des solutions mises en œuvre par l'industrie.

Le débat sur la transition énergétique que vous avez lancé, est une opportunité unique pour notre pays de répondre à l’urgence environnementale, tout en diminuant notre dépendance énergétique et le déficit de notre balance commerciale.
Pour notre industrie, un programme ambitieux d'efficacité énergétique sera une source de  compétitivité tout en contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Notre pays a des atouts industriels majeurs dans ce domaine et compte dans ses rangs plusieurs leaders mondiaux et plus de 50 000 PME ou ETI, performantes et innovantes, implantées sur notre territoire. Certes l’industrie ne pèse que 25% de la consommation énergétique de la France (1). Mais l’énergie pèse 14% de la valeur ajoutée de notre industrie (2) ! En mettant l’industrie au centre de la Transition Énergétique et de la part que vous réservez à l’environnement dans les Investissements d’Avenir, vous dégagez des économies pour réinvestir dans l’innovation, offrez de la compétitivité à l’exportation, générez de la croissance, et de l’emploi ! 

Que dire de mieux ?

Pourtant, au fil des semaines et des annonces, il semble que vos initiatives se focalisent beaucoup sur l’efficacité énergétique des bâtiments. A l’heure où l’Etat compte ses deniers, comment arriver à inciter les acteurs économiques à lancer un grand mouvement de rénovation du parc de bâtiments construits alors que les retours sur investissements de ces opérations oscillent entre 10 et 20 ans ? 
Même si les bâtiments représente 50% de notre consommation énergétique (1), n’est il pas illusoire de tenter de résoudre cette équation économique ?
Les industriels sont prêt à agir. L’Ademe vient d’estimer à 19,6% le potentiel d’optimisations « économiquement acceptables » dans l’industrie pour les années à venir… Les industriels les plus énergies intensifs ont déjà beaucoup travaillé sur ce sujet, ils ont besoin de solutions innovantes, et de capacité d’investissements pour les mettre en œuvre. Les autres, ont plus souvent besoin d’information et d’expertise pour comprendre les enjeux, identifier les solutions et les prioriser.

Que peut encore faire votre gouvernement ?

Mobiliser tous les acteurs de l’innovation, informer sur le potentiel, communiquer sur les résultats de ceux qui ont déjà réussi à faire baisser de 20 ou 30% leurs consommations, démontrer que c’est possible et que cela peut être une priorité pour chaque industriel. Créer une grande dynamique nationale est à notre portée tant les solutions sont viables économiquement, nos équipes R&D motivées par le challenge et les industriels réceptifs aux enjeux de compétitivité.
Développer les compétences efficacité énergétique, en particulier chez nos jeunes diplômés, mais aussi parmi les salariés.  Le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie nous à aider à lancer en 2013 FACEEA, un grand programme de formation de 1000 référents énergie dans l’industrie agro alimentaire, développons ces initiatives.
Faciliter l’investissement et les prêts bancaires en mettant en place un  fonds de garanties de l’Etat aux banques pour l’efficacité énergétique dans l’industrie.

Monsieur le Premier Ministre n’oubliez pas (tous) nos industriels dans les choix qui guideront la transition énergétique dans les prochains mois !

------------------------
(1) source Ademe
(2) source CEREN/INSEE

Autour du même sujet