L’économie péruvienne « boostée » par les jeux panaméricains de 2019

Le Pérou, et sa capitale Lima, ont été choisis comme site d’organisation pour les prochains jeux panaméricains 2019. Une opportunité pour les entreprises européennes.

A l’occasion des prochains jeux panaméricains de 2019 organisés à Lima, environ 715 millions de dollars devraient être investis afin d’améliorer les infrastructures mais également les réseaux de transport au Pérou. Ainsi la construction de 5 nouveaux stades est prévue, la construction de 2 nouvelles lignes de métro, et des nouvelles lignes pour le train est également programmée dans les investissements futurs.
Au niveau  touristique  et en relation avec  la future demande hôtelière quelque 1, 4 milliards de dollars devraient être investis dans des hôtels et d’autres établissements annexes.

Selon les experts 90 % des investissements réalisés resteront actifs par la suite, dans le pays.

Selon le ministre du commerce extérieur et du tourisme, 80 000 touristes se rendront dans la ville en quinze jours ce qui générera des  revenus d’environ 125 millions de dollars. Derrière cet événement sportif Le Pérou devrait voir son niveau de PIB boosté par ces investissements et la consommation liée à l’évènement. Aujourd’hui déjà, le pays connaît un fort dynamisme économique depuis quelques années.

Rappel macro-économique

  • Appelé le « Tigre des Andes »  le Pérou offre aujourd’hui avec le Chili et la Colombie un formidable relai de croissance, avec un PIB moyen de 6,2 % depuis prés de trois ans.
  • L’investissement lié aux mines (or, cuivre etc.), le tourisme, et les  exportations de produits naturels (produits miniers et agricoles) sont le moteur de l’économie péruvienne.
  • Au niveau légal et règlementaire, il convient d’ajouter que le gouvernement Péruvien est résolument tourné vers l’international. (Tout comme le Chili et la Colombie qui forment l’Alliance du Pacifique).
Comme le Chili, le gouvernement privilégie l’investissement étranger ce qui facilite les échanges et l’accès aux marchés ; concrètement des accords de libre échange signés avec le Canada, les USA, et récemment l’Europe (26 juin 2012) justifient et valident cette volonté.

Selon la Commission Européenne, cet accord :
  • devrait permettre aux exportateurs de l’UE d’économiser 270 millions d’euros par an au titre des droits de douanes.
  • renforcera la stabilité et la prévisibilité de l’environnement commercial.

Source- Pulso- Octobre 2013.

Autour du même sujet