Le FMI s’inquiète des risques de récession en zone euro

Le FMI s’inquiète des risques de récession en zone euro. L’Allemagne cale, la France fait du surplace.

Les dernières données publiées de part et d’autre du Rhin éclairent la réalité économique d’un jour quelque peu nouveau. L’inquiétude est vive en Allemagne, après la publication de la production industrielle et des commandes manufacturières pour le mois d’août. La première a plongé de 4 % m/m, enregistrant sa plus forte chute depuis janvier 2009, les secondes se sont effondrées (-5,7% m/m). En acquis de croissance, la production industrielle recule de 1,4 % au T3 après –1,1% t/t au deuxième trimestre.
Or, par le passé, une contraction de l’ordre de 1 % t/t de la production industrielle s’est accompagnée d’un léger recul de la croissance du PIB. En comparaison, les performances françaises que l’on pourrait juger médiocres (production industrielle : +0,0 % et manufacturière -0,2 % m/m) apparaissent honorables.
Ce découplage estival pourrait présager d’une meilleure résistance de l’économie française. Paradoxalement, l’ouverture de l’Allemagne (les exportations représentent la moitié de son PIB) qui fait sa force en période de reprise mondiale, la rend plus vulnérable que la France en phase de ralentissement. Jusqu’à présent la bonne tenue de la demande intérieure hexagonale a constitué un véritable amortisseur de la crise.
Une occasion de plus à ne pas manquer pour évoquer la possibilité offerte à Berlin d’exploiter ses marges de manœuvre budgétaire pour relancer son économie, à l’occasion de la rencontre des ministres franco-allemands de l’économie et des finances le 20 octobre, prochain.

FMI / PIB