Au volant d’un concentré de technologies, les constructeurs automobiles vont devoir nouer des partenariats ouverts

La mutation digitale de la filière automobile s"accélère. L’acquisition de l’entreprise de cartographie numérique HERE par Audi, BMW et Daimler marque un précédent qui amorce la naissance de nouveaux modèles économiques et des mariages inédits dans le secteur.

La mutation digitale de la filière automobile est bel et bien en train de s’accélérer. Déjà observée en début d’année à Las Vegas où la voiture connectée était partout lors de la grande messe high tech mondiale, l’accélération s’est confirmée avec l’annonce cet été de l’acquisition de l’entreprise de cartographie numérique HERE par les constructeurs Audi, BMW et Daimler et à Francfort le mois dernier où les technologies ont littéralement inondées la nouvelle génération de voitures présentées.

L’acquisition faite par Audi, BMW et Daimler de HERE (cédée par Nokia) marque un précédent que d’autres fabricants pourraient bientôt imiter. En effet les constructeurs automobiles, qui doivent aujourd’hui gérer un écosystème technologique complexe et multitude de services associés aux véhicules connectés, vont devoir réfléchir à leurs nouveaux modèles économiques.

Pour réussir à bâtir un écosystème de services, les constructeurs vont devoir investir dans les secteurs des données et cela implique que ces écosystèmes restent ouverts et collaboratifs. Les constructeurs automobiles qui ont racheté HERE par exemple, doivent permettre à d’autres constructeurs et prestataires tiers de participer à ce service. Même la plus grosse entreprise proposant une plateforme propriétaire ne peut pas égaler les économies d’échelle d’une plateforme commune. En unissant ses forces pour bâtir un écosystème, le consortium se retrouve mieux placé pour concurrencer ses rivaux existants et les nouveaux acteurs qui intègrent l’écosystème automobile. Plus important encore, les gains d’échelle en termes d’utilisateurs constituent un des facteurs décisifs de la réussite sur ce marché, et l’avantage supplémentaire réside dans la grande capacité de distribution que cela offre, notamment en Europe où près de quatre voitures sur cinq utilisent des technologies connexes.

Ce type d’acquisition montre aussi à quel point les constructeurs accordent de l’importance aux services à l’utilisateur et s’inscrit dans une mouvance plus vaste qui consiste à faire de la voiture l’appareil mobile ultime. Le secteur est définitivement entré dans l’ère du véhicule connecté et les bénéfices des constructeurs reposeront moins sur l’élaboration de produits et plus sur la création de modèles économiques centrés sur les services et s’appuyant sur des données liées à l’utilisateur et à la voiture ; stratégie vitale pour qui veut se développer dans ce segment. Initialement, certains hésiteront peut-être à adopter cette approche. En effet, la transformation des constructeurs automobiles en fournisseurs de services de mobilité entraînera des coûts supplémentaires, ainsi qu’un risque de cannibalisation de leur activité traditionnelle, mais il sera difficile de résister à cette évolution.

Outre ces changements, le secteur devra aussi affronter les problèmes posés par les différents cycles d’innovation. Elaborer un nouveau modèle de véhicule prend en général cinq à sept ans, tandis que le cycle de développement des technologies visant les consommateurs oscille entre cinq et sept mois. Cela montre à quel point les constructeurs automobiles sont clairement désavantagés lorsqu’ils sont mis en concurrence avec des entreprises numériques indépendantes. Cependant, la voiture est en train de devenir le « produit de base » et ces nouveaux services, qui reposent sur des analyses tirées de données, seront les moteurs du changement et de la croissance. C’est pourquoi, même si les cycles de développement resteront différents, celui des nouveaux modèles de voiture s’accélérera pour se rapprocher de celui des développements technologiques.

Le secteur va donc devoir se pencher sur ses futures stratégies de développement. Cela se fera de plus en plus via des acquisitions ou des projets communs reposant sur la coopération entre pairs. Pour parvenir à la croissance, il sera essentiel de travailler avec des experts dans de nombreux domaines tels que l’analyse de données en temps réel ou les services s’appuyant sur la localisation. Lorsqu’il s’agira de mettre en place la nouvelle génération de véhicules connectés, il sera aussi essentiel d’avoir accès à un nombre optimal d’utilisateurs et à leurs réserves de données respectives afin de fournir des services technologiques de premier ordre et de surmonter les difficultés liées aux réticences de l’ingénierie traditionnelle.   

Innovation / BMW