Comment l’imprimante 3D révolutionne l’ingénierie

L’impression 3D est née plus tôt qu’on le pense, au milieu des années 80 mais la véritable révolution s’opère actuellement. L’impression 3D offre aujourd’hui une nouvelle dynamique au prototypage, à l’outillage et à la fabrication rapides de produit en série.

Les enjeux sont considérables en termes de productivité, de coûts mais aussi de production de produits et d’outillages très innovants, irréalisables par les procédés classiques de fabrication. C’est une révolution industrielle majeure, qui est déjà  utilisée dans le secteur du médical, du bâtiment ou l’aéronautique.

Quelle est la place de l’impression 3D dans le secteur de l’ingénierie ?

L’impression 3D est un vrai défi pour l’entreprise qui va devoir maîtriser une nouvelle chaîne de production. A l'origine, utilisée comme outil de prototypage pour l'aide à la décision pour des procédés de fabrication, l'impression 3D s'est érigée en outil de production. Elle ouvre un nouveau champ des possibles et ses bénéfices sont nombreux : formes plus innovantes et complexes, gain de coûts et de masse, baisse des déchets, gestion des stocks.

Mais pour que l’impression 3D puisse tenir toutes ses promesses, les métiers de l’ingénierie doivent évoluer et les ingénieurs être formés. L’enjeu pour les ingénieurs est de maîtriser une nouvelle chaîne de production imposant une prise en compte globale de la chaîne de production : le produit, le procédé et le matériau. Une bonne connaissance de leurs interactions est essentielle pour faire les choix pertinents. Il ne s’agit pas de réaliser de petites améliorations en partant de l’outil ou du produit existant, mais de repenser intégralement la manière de produire.

Quels sont les enjeux pour les ingénieurs d’aujourd’hui et de demain ?

L’ingénieur doit maitriser l’intégralité de cette chaine pour répondre aux objectifs de performance et de productivité. C’est ainsi que l’on voit émerger de nouveaux métiers. Outre le développement des postes  d’ingénieurs méthodes fabrication additive, l’évolution du contrôle qualité, des postes en lien avec l’hygiène et la sécurité, d’autres métiers se développent dans la bio-ingénierie, notamment ceux liés à l’impression du vivant (bio-impression)

Pour une entreprise, se lancer dans l’impression 3D impose de recourir à une expertise qui dépasse l’ingénierie pure pour interroger le procédé. Il est également nécessaire de parfaitement maîtriser les contraintes d’assemblage. Les entreprises qui veulent franchir le cap de l’impression 3D, doivent pouvoir être épaulées pour de l’accompagnement en pilotage de projet et en organisation de la supply chain. Elles devront se donner les moyens d’assurer une solide analyse des matériaux dans le design que ce soit pour l’enveloppe, le dimensionnement, le calcul de structure et la résistance de produit, ou encore la capacité, ou non, de la matière à évoluer dans un environnement plus ou moins sévère.

L’avantage pour une entreprise de faire appel à un expert extérieur, que ce soit en termes de conception et/ou de fabrication, est de limiter le risque mais surtout de pouvoir tester avant de se lancer et ainsi déclencher les bons investissements.

Imprimante 3D