Pièges connectés : quand la technologie s’attaque aux nuisibles

À travers les pièges connectés et les portails en ligne dédiés aux clients, la lutte contre les rongeurs s’appuie désormais sur les nouvelles technologies.

Les nouvelles technologies seraient-elles en train de s’inviter dans la lutte contre les nuisibles ? Alors que les normes d’hygiène se renforcent, obligeant les entreprises à surveiller continuellement la présence de rats et de souris dans leurs locaux, la révolution des pièges connectés pourrait bien transformer en profondeur la manière de se défendre contre ces rongeurs qui pullulent dans les grandes villes. Et dont les conséquences, notamment en matière de notoriété, peuvent être gravissimes.

Une activité saine dans un local sain

Et si le combat contre les nuisibles se jouait désormais sur le plan des nouvelles technologies ? Difficile de croire qu’un rat puisse être sensible aux portails web et aux applications mobiles. Et pourtant : un nombre grandissant de prestataires spécialisés dans la lutte contre les nuisibles proposent aux professionnels (et aux particuliers) de s’équiper d’une nouvelle génération d’objets connectés : les pièges à nuisibles. Ceux-ci sont capables d’envoyer des données en temps réel sur la présence d’intrus à longues dents, de manière à établir au plus vite un plan d’action en vue de l’éradication totale et complète.

Serait-cela une nouvelle tendance high-tech un peu étrange ? Pas tant que cela, quand on connaît le problème posé par la lutte contre les rats et les souris en France, et notamment dans les grandes agglomérations (on compte entre 3 et 5 rongeurs par habitant en Île-de-France). Ces petites bêtes, rendues sympathiques à l’écran – qu’il s’agisse de l’aimable Mickey Mouse ou du charmant Rémi de Ratatouille – peuvent se reproduire au taux délirant de 1 000 descendants en moyenne par individu (un peu moins pour les rats, un peu plus pour les souris), des chiffres qui rappellent que les menaces d’invasion sont à prendre au sérieux. Comme la plupart des nuisibles, les rongeurs profitent de la mondialisation des transports pour se promener d’un coin à l’autre du pays, voire de la planète, et ainsi essaimer dans nos maisons et nos locaux. Dans ce cas, pourquoi ne pas considérer l’usage de ce même progrès pour mieux les éliminer ?

À rats intelligents, pièges ingénieux

Le problème, avec les rongeurs, c’est que les pièges traditionnels sont de moins en moins efficaces. Ces populations se sont adaptées aux produits chimiques, et il va sans dire que les tapettes d’antan, avec leur morceau de fromage judicieusement placé, n’ont plus tellement d’effet. Le rat, en particulier, bénéficie d’une intelligence collective qui lui permet de communiquer avec ses semblables en diffusant des odeurs, de sorte qu’en plus d’être capable d’éviter un piège, il peut encore informer ses congénères qu’il y a un danger.

C’est pourquoi les nouveaux outils développés par les prestataires spécialisés s’appuient sur des pièges ingénieux, pensés aussi bien pour piéger l’intrus que pour en informer immédiatement les différents acteurs à tous les niveaux (client, technicien, expert). Ces pièges 2.0 exploitent au mieux les nouvelles technologies : disposés un peu partout dans les locaux professionnels et les habitations, ils diffusent, à partir de capteurs, des données en direction d’un stockage Cloud. Ils forment ainsi tout un écosystème capable d’englober une majeure partie de l’espace à surveiller, dans un triple objectif :

·        Emprisonner et éliminer le rongeur qui s’est fait piéger (à l’aide de produits non toxiques) ;

·        Transmettre des données à un serveur ainsi qu’une alerte automatique au prestataire, qui se charge d’envoyer sur place un technicien ;

·        Enfin, vérifier si le nuisible attrapé est un loup solitaire ou s’il est l’éclaireur d’une infestation de rats ou de souris, auquel cas des mesures adéquates seront mises en place (préventives ou visant à l’éradication).

Unités de surveillance, pièges dotés de capteurs capables de tuer le nuisible et de communiquer avec un serveur, affichage des données en temps réel sur le portail du client… Les solutions apportées par les pièges connectés sont complètes. Lorsque les clients sont des professionnels qui doivent s’adapter à des normes d’hygiène extrêmement pointues (restauration, agroalimentaire, industrie pharmaceutique, centres de santé…), la protection intelligente n’est plus une option : c’est une nécessité, et presque une ressource-clé dans le cadre de l’activité.

Un exemple : le piège à souris RADAR

Premier né de la gamme des pièges intelligents développés par l’entreprise Rentokil, RADAR Connect s’attaque exclusivement aux souris. Cet appareil se propose de capturer, de contenir et d’éliminer ce type de rongeurs, tout en garantissant des méthodes non toxiques et le respect des réglementations d’hygiène en vigueur – notamment dans les secteurs les plus délicats où l’utilisation de produits conventionnels de dératisation est interdite.

Placé à des endroits stratégiques du local, ce piège ne se contente pas d’emprisonner le nuisible dans un coffret hermétique grâce à des capteurs infrarouges, puis de l’éliminer (par la diffusion d’une dose mesurée de dioxyde de carbone) : il envoie également un message au Cloud pour être diffusé ensuite sur le portail dédié du client, qui peut suivre l’évolution de son plan anti-nuisibles, et sur les serveurs du prestataire. Celui-ci dépêche un technicien sur place pour juger de la gravité des faits, et prendre les mesures nécessaires en cas d’invasion constatée.

Quant au client, informé par notification courriel ou SMS, il peut voir tout ce qu’il se passe dans son local depuis son portail web : quel piège a envoyé des données ; où il se situe exactement ; quel est l’état de fonctionnement des autres pièges disséminés un peu partout ; comment le prestataire compte répondre à l’événement, etc. Car le piège intelligent n’est pas seulement un attrape-souris : adossé à un système de reporting et d’analyses statistiques, il devient un véritable outil de contrôle de l’hygiène de ses locaux, sur la durée. L’avantage ? Au moment du contrôle d’hygiène, le professionnel peut fournir un maximum de données concernant son plan de lutte contre les nuisibles.

Attention, rats et souris : les nouvelles technologies sont à vos trousses !

Serveurs / IoT