Les robots sont arrivés dans l’immobilier

Des chatbots immobiliers ont été mis en place dès cet été, en France, avec deux axes principaux : la recherche immobilière et les relations entre les occupants de l’immeuble et son gestionnaire.

Pas des humanoïdes qui vous feraient visiter des maisons à vendre, mais des chatbots, des robots qui bavardent ! Dit autrement, un chatbot est un robot virtuel qui interagit avec vous par une conversation en langage naturel, sur Internet et par écrit pour le moment…

Même si l’on préfère le contact humain, il faut reconnaître aux robots plusieurs qualités. Ils sont disponibles nuit et jour, 365 jours par an. Ils sont productifs : un seul robot peut remplacer tout un centre d’appels. Ils sont performants : leur mémoire, la base de données qu’ils utilisent pour répondre aux questions, sont infiniment plus performantes que celles du négociateur de l’agence ou du gestionnaire du syndic.

 

Des chatbots immobiliers ont été mis en place dès cet été, en France, avec deux axes principaux, la recherche immobilière et les relations entre les occupants de l’immeuble et son gestionnaire.

 

Pour la recherche de biens à vendre ou à louer, c’est le réseaux Century21 qui a le premier mis en ligne un chatbot pour Facebook Messenger. Il permet de rechercher des biens immobiliers, mais aussi des agences. L’utilisateur peut mener la recherche comme il le souhaite. Il peut se laisser guider par le robot, ou bien saisir ses critères personnels. La recherche s’appuie notamment sur la géolocalisation. De son côté, Lok-Iz, start-up prometteuse, propose Find My Home. Le concept est simple : à travers une conversation fluide, on indique ses critères de recherche en quelques secondes et ce petit robot affiche les meilleures annonces disponibles. Il est capable de rechercher les annonces immobilières simultanément sur plusieurs sites et aussi sur les réseaux sociaux, afin d’y trouver celles qui correspondent le mieux aux critères de l’internaute. Et il envoie à ce dernier, automatiquement, plus de dix annonces chaque jour. Une autre start-up, Reva.ai, se positionne comme un assistant intelligent qui aide le particulier dans sa recherche immobilière, avec comme principaux points forts : une recherche naturelle conversationnelle texte et voix hyper rapide, une compréhension de 150 critères variés (piscine intérieure, terrain d’un hectare...), et, bien-sûr, un service temps réel, disponible 24 heures sur 24.

 

Mais les robots peuvent également jouer un rôle important dans la vie de l’immeuble et les relations entre le gestionnaires et les habitants. Le chatbot peut aider les copropriétaires à rechercher des documents et des informations. Il peut délivrer de nombreux renseignements sur l’immeuble à de futurs propriétaires ou locataires, ou sur les services proposés par une résidence spécialisée.  Il assiste les candidats locataires à se constituer un dossier. C’est également un mode performant de signalement et de gestion des incidents dans l’immeuble. Aujourd’hui, Opla.ai propose aux gestionnaires des solutions intelligentes pour créer et faire évoluer des chatbots experts immobiliers avec, par exemple, un chatbot de conciergerie qui répond 24 heures sur 24 aux demandes des locataires concernant les petites réparations et les demandes de documents courants (quittances, etc.).

 

Loin de remplacer les professionnels, les chatbots sont des outils innovants qui permettent de mieux servir le client. Ils leur apportent des meilleurs taux de conversion et d’engagement, une meilleure expérience utilisateur et permettent la collecte de données utilisateurs.

Au salon RENT, le 11 octobre à Paris, une table ronde fait le point sur le sujet et les start-up innovantes y ont un stand.

Autour du même sujet