Hong-Kong, le paradis des multinationales

Les sociétés purement financières sont exonérées d'impôts sur les dividendes, les intérêts et les plus-values. © Guylaine Courteille

Le statut de Hong-Kong, ville rétrocédée par la Grande-Bretagne à la Chine, est garanti jusqu'en 2047. Tous les dispositifs fiscaux existants devraient donc perdurer au moins jusque là. Dans les faits, il n'existe pas de statut offshore, mais les taux d'imposition sur les bénéfices y sont très attractifs : 0% pour tous les bénéfices provenant hors de Hong-Kong et 17,5% pour les opérations réalisées à Hong-Kong... sauf pour les sociétés dont l'activité est purement financière.

Du coup la plupart des multinationales s'y sont implantées pour facturer leurs activités en Chine, ce qui fait de Hong-Kong le premier exportateur de produits chinois en Europe et aux Etats-Unis. Et sur les 100 plus grandes banques mondiales, 70 y ont un établissement.