Pour le PDG de Mangrove Capital, la fintech va droit dans le mur

Pour Mark Tluszcz, "les investisseurs ont misé aveuglément beaucoup d'argent sur ce secteur", qui ne présente "aucune issue".

La fintech est une bulle et les investisseurs courent après des rendements illusoires, selon Mark Tluszcz, PDG de Mangrove Capital et premier investisseur de Skype.

"Toutes les mauvaises habitudes liées à l'argent seront exposées dans la fintech au cours des prochaines années, a-t-il déclaré lors d'une interview à Londres.

Tluszcz, dont l'entreprise basée au Luxembourg investit dans des start-up tech, a affirmé que les entreprises fintech qui ciblent les prêts entre particuliers sont trop petites et n'ont pas l'expertise nécessaire pour se mesurer aux banques.

Il a également repris les propos d'Adair Turner, ancien président de l'Autorité des Services Financiers, qui avait mis en garde contre les "pertes importantes" subies par les épargnants qui investissent leur argent dans les produits de type prêts, entraînant une baisse de confiance dans le secteur.

"Le prêt entre particuliers va droit dans le mur", estime Tluszcz. "On sous-estime la barrière psychologique qui se dresse lorsqu'il s'agit de confier à une autre personne l'argent gagné à la sueur de son front".

Quant aux start-up ciblant les domaines tels que les paiements et transferts d'argent, elles ne disposent simplement pas d'assez de fonds pour garantir des valorisations élevées.

"Les investisseurs ont misé aveuglément beaucoup d'argent sur ce secteur", a déclaré Tluszcz. "La preuve étant que vous ne voyez presque pas d'issues. Peu importe ce que ça vaut, il n'y a pas d'issues".

 

Article de Ben Moshinsky. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "Venture capitalist: Fintec is about to go pear-shaped"

Venture Capital / Fintech