Les tests sur la blockchain en plein essor dans la finance française

Les tests sur la blockchain en plein essor dans la finance française La fintech LiquidShare réunit des grands noms de la finance. Natixis AM a validé un premier essai de cette technologie sur des transactions financières, pendant que SmartAngels mise sur un registre digital pour les titres non cotés.

Les initiatives autour de la blockchain continuent à se multiplier. Cette fois c'est une fintech européenne, LiquidShare, qui annonce son lancement dans le monde tant convoité de la blockchain. La fintech s'est spécialisée dans l'utilisation de cette technologie afin d'améliorer l'accès des marchés financiers aux PME, en facilitant la sécurité et la transparence des opérations post-marché. Et elle s'est entourée de grands noms de la finance européenne pour l'accompagner. BNP Paribas, Caceis, la Caisse des Dépôts, Euroclear, Euronext, S2iEM (groupe Ofi) et Société Générale, avec le soutien de Paris Europlace, sont tous actionnaires. Et c'est avec leur soutien que la société va développer et gérer une infrastructure qui leur sera au début dédiée. L'objectif à terme est de réduire les coûts de transaction. LiquidShare, qui sera prochainement logé chez un incubateur, est dirigé par Thibaud de Maintenant, ancien responsable des activités de banque transactionnelle de Deutsche Bank en France. Il aura à ses côtés au sein du board Anthony Attia, qui est membre du directoire d'Euronext.

LiquidShare utilise la blockchain pour améliorer l'accès des marchés financiers aux PME

D'autres initiatives ont aussi vu le jour sur le marché des PME. Il y a quelques jours, la plate-forme de crowdfunding, spécialisée dans le financement en fonds propres des PME, SmartAngels et BNP Paribas Securities Services annonçaient avoir finalisé la première phase de leur partenariat dans l'utilisation de la blockchain. Cette fois, l'objectif est de permettre aux PME non cotées de digitaliser leurs titres et ainsi de gérer leur actionnariat à partir d'un registre décentralisé. Jusqu'ici géré à la main, cette technologie permettra une quasi automatisation des enregistrements et mouvements sur le registre tout en respectant les règles de confidentialité.

De son coté, Natixis AM qui indiquait mi juin tester avec FundsDLT des transactions via la blockchain, a annoncé avoir réussi sa première transaction. Des investisseurs ont pu souscrire des parts de fonds du gérant via FundsDLT, les ordres ayant été saisis via l'application mobile FundsDLT. Pris en charge par la plateforme FundsDLT, ils ont été reroutés immédiatement et simultanément vers la société de gestion et vers le dépositaire Caceis. Une fois accepté et valorisé l'ordre fait l'objet d'un transfert de fonds et est inscrit dans la blockchain comme propriété de l'investisseur. Un tel flux d'argent entre l'investisseur, la fintech et le dépositaire est possible grâce à une application spécifique développée par S-money (filiale du Groupe BPCE). Un mécanisme qui semble bien compliqué mais qui se réalise en quelques secondes. Reste à voir si toutes ces initiatives pourront être développées à grande échelle afin de vérifier la pertinence de l'utilisation de la blockchain sur les marchés financiers.

Article originel publié sur WanSquare le 11/07/17.

Offre découverte : WanSquare gratuit pendant 1 mois

WanSquare, média dédié aux coulisses de l’économie et de la finance, s’adresse à tous ceux qui veulent aller plus loin dans le décryptage de l’actualité économique. Paramétrable en fonction de ses besoins, Wansquare délivre en temps réel des informations exclusives et non-conformistes. Profiter de l’offre.

PME / Investisseur

Annonces Google