Qui a prêté de l'argent à la Grèce, à l'Espagne et au Portugal ? Dans les produits financiers

un extrait du rapport de gestion du fonds eurossima.
Un extrait du rapport de gestion du fonds Eurossima. © JDN

Heureux détenteurs d'une assurance-vie, placement d'épargne favori des Français, vous possédez peut-être une partie des obligations espagnoles, grecques et portugaises. Peut-être, voire sans doute. Les obligations d'Etat font partie des placements les plus sûrs, vu la solvabilité attendue des nations. Il n'est donc pas rare que des contrats d'assurance-vie reposent sur des fonds euros contenant eux-mêmes des emprunts obligataires. Les gestionnaires de fonds ont d'ailleurs été les principaux acquéreurs de la dernière émission obligataire grecque, à hauteur de 42,3% selon l'agence de presse Dow Jones.

Assurances-vie

Des exemples ? Le fonds garantis en euros Eurossima, de Generali, proposé notamment par ING Direct et Boursorama dans leurs offres d'assurance-vie. En juin 2009, il comptait dans ses principales lignes deux obligations grecques et une obligation portugaise. En dehors des fonds garantis, les dettes grecques sont aussi présentes dans des fonds en unités de compte, à l'instar du fonds Allianz Euro Emprunts d'Etat, présent dans l'offre d'assurance-vie de ING Direct.

La Sicav Axa Première contient des obligations grecques, espagnoles, portugaises et irlandaises

En dehors de l'assurance-vie, les banques proposent également des fonds spécialisés dans les obligations d'un pays en particulier, y compris la Grèce. Ainsi de HSBC, qui a créé le HSBC Income Greek Bond Mutual Fund. Au 30 septembre 2009, 70% de ses actifs étaient composés d'emprunts obligataires grecs.

Enfin, la Sicav Axa Première, qui contenait en juin 2009 des obligations espagnoles, grecques, portugaises et de la république d'Irlande, dont les finances ne sont pas au mieux non plus.

Crise financière / Assurance-vie