Argentine, Russie, Thaîlande... Ces crises ont ruiné les épargnants Equateur, 1998 : la garantie des dépôts n'empêche pas les pertes des épargnants

La crise bancaire qui secoue l'Equateur en 1998 a conduit le gouvernement à garantir les dépôts des épargnants. Mais le gel des comptes a conduit de fait à une perte de l'épargne.

equateur

Les ravages d'El Nino, un déficit commercial qui s'aggrave et la chute des cours du pétrole en 1998 ont ébranlé le système bancaire équatorien affaibli. Malgré la libéralisation financière des années 1990, la supervision du secteur est largement insuffisante et la réglementation reste laxiste. En 1995 et 1996, deux banques avaient déjà fait faillite, jetant le discrédit sur l'ensemble du secteur.

Pour restaurer un peu de stabilité, le gouvernement crée en décembre 1998 l'AGD, l'Agence de garantie des dépôts. Mais comme la crise continue de prendre de l'ampleur, il décide trois mois plus tard du gel des dépôts. Les dépôts à terme seront bloqués pendant un an. Quant aux comptes épargne, ils sont gelés au-dessus de 500 dollars pendant six mois. Trois banques deviendront insolvables et fermeront.

Malheureusement pour les épargnants dont le pécule est bloqué à la banque, cette garantie ne suffit pas. L'inflation galopante et la chute de la monnaie nationale, le sucre, érode la valeur de leur épargne à laquelle ils n'ont pas accès. Finalement, le sucre disparaitra définitivement en 2000, l'Equateur n'utilise désormais plus que le dollar américain.

 

Autour du même sujet