Confessions d'un banquier pourri : extraits Les collectivités exposées sciemment à des risques inconsidérés ?

Les prêts toxiques n'ont pas touché que les établissements financiers et les particuliers américains. Certaines collectivités françaises, comme la Seine-Saint-Denis, en sont aussi victimes.

Et le narrateur ne ménage pas ses critiques sur les hommes politiques. Sur le plan national d'abord : selon lui, les "ministres des Finances, ont une bonne excuse : en fait, ils n'y comprennent rien". Sur le plan local aussi. L'auteur détaille comment l'épisode des subprimes n'a pas entamé le cynisme des banques.

"Il n'était pas question de stopper cette sublime machine à reconditionner les créances avariées". Les banques proposaient des produits "dangereux [...], des prêts à taux réduit sur mesure pour les gogos des collectivités locales." Les maires nécessiteux à la veille d'échéances électorales en seraient friands. Le narrateur raconte l'"arnaque toute simple" : des prêts à taux variables remboursables au bout de 20 ans, avec des intérêts cumulatifs indexés sur "toutes sortes d'indicateurs plus ou moins bidons [qui laissaient à leurs clients] l'illusion d'avoir fait une bonne affaire... en nous offrant la certitude de les raser jusqu'à l'os".

Sondage

Les collectivités locales trompées par les banques selon le livre les "Confessions d'un banquier pourri", vous y croyez ?

Tous les sondages

Paradis fiscaux / Délit d'initié