La Lettre ouverte aux bandits de la finance de Jean Montaldo Septembre 2004 : le FBI prévient de la catastrophe annoncée

le quartier général du fbi, à washington.
Le quartier général du FBI, à Washington. © FBI

Les fraudes accompagnant le développement des subprimes sont loin d'être marginales, comme en témoigne dès septembre 2004 -"trois ans avant l'éclatement du scandale des subprimes", rappelle Jean Montaldo- un document rédigé par le chef de la division criminelle du FBI. Il y dénonce "une épidémie de fraudes sur le marché des prêts immobiliers qui, si elle n'était pas combattue, pourrait faire autant de dégât que la crise des savings and loans". Cette dernière, qui avait vu la faillite de nombreux établissements de dépôts spécialisés dans le prêt hypothécaire et généralement mutualistes, a coûté plus de 130 milliards de dollars au contribuable américain dans les années 80, rappelle l'homme de loi.

Et ce dernier d'enchaîner, selon le document cité par Montaldo : "le boom du marché des prêts immobiliers est alimenté à la fois par la baisse des taux d'intérêts et la flambée du prix de l'immobilier. Il attire des groupes criminels et des professionnels peu scrupuleux, dont les activité frauduleuses risquent de provoquer des pertes de plusieurs milliards de dollars pour les institutions financières". En quelques lignes, tout est dit. Mais il semblerait que "les institutions financières" aient prêté une oreille peu attentive.

Crise financière / Prix immobiliers