Les causes de la crise à Dubaï De quels actifs dispose réellement Dubaï ?

dubaï world dispose de précieux ports.
Dubaï World dispose de précieux ports. © Dubaï World

A Dubaï, toutes les grandes entreprises industrielles et financières du pays dépendent à peu de choses près de l'émirat. C'est pourquoi, quand une filiale a du mal à honorer une créance, on a vite fait de confondre sa dette avec celle de l'Etat. Mais quand la valeur des actifs immobiliers sur laquelle s'est construite la croissance dubaïote se casse la figure, comment les conglomérats ou l'Etat peuvent-ils honorer leurs engagements ? Sur quels actifs Dubaï peut-il compter pour rembourser ses dettes ?

Trois conglomérats

Trois conglomérats font vivre économiquement l'émirat. Ils détiennent chacun une partie de ses activités stratégiques. Il y a d'abord Dubaï World, le plus important des trois et aujourd'hui au cœur de la tempête financière. Au-delà des nombreux actifs immobiliers déjà évoqués, il possède une pépite : la gestion de 49 ports à travers le monde.

Le second plus gros conglomérat, Investment Corporation of Dubaï, est propriétaire lui d'Emirates, la première compagnie aérienne du golfe, fierté nationale. Il possède également la Bourse de Dubaï, mais aussi des participations dans huit banques émiraties, dont certaines ont prêté à Dubaï World. Lui aussi possède son pôle immobilier, dont la valeur décline fortement, et il lui reste une petite compagnie pétrolière nationale et des participations dans plusieurs entreprises d'exploitation d'aluminium.

Dubaï Holdings, holding personnel de l'émir, détient plus 12 milliards de dollars d'actifs.

Enfin il y a Dubaï Holdings, qui passe pour être la holding personnel de l'émir. Elle est très active dans les télécoms et propriétaire du fonds dit souverain Dubaï International Capital. Ce dernier est bien connu en Europe et aux Etats-Unis. En effet, il ne détient pas moins de 3,12% du capital d'EADS. Il est aussi actionnaire à hauteur de 3% de Sony et 2,87% d'Icici, une importante banque indienne. Les actifs de ce seul fonds sont estimés à plus de 12 milliards de dollars dont un casino à Las Vegas, des gratte-ciel et des grands magasins à New York et à Londres, sans oublier OMX, la bourse scandinave. De quoi rassurer quelques investisseurs.

Crise financière / Dubai