L'Etat actionnaire en 2009 Ses entreprises qui lui font perdre de l'argent

l'etat subventionne plusieurs de ses entreprises chaque année.
L'Etat subventionne plusieurs de ses entreprises chaque année. © RFF / Jacques d'Angelo

Les conséquences de la crise n'ont pas tardé à se répercuter sur certaines participations de l'Etat. Alors que ses parts dans Renault et Air France KLM s'étaient révélées lucratives par le passé en matière de dividendes, en 2009, l'Etat n'a rien retiré comme produit de ces deux entreprises. La première faisait état d'une perte de 599 millions d'euros, tandis que l'ardoise de la seconde se montait à 814 millions d'euros. L'Etat s'est largement rattrapé sur ses autres participations et ses entreprises totalement publiques (SNCF, La Poste...) ont affiché des résultats plutôt satisfaisants.

Mais pour 2010, l'actionnaire a quelques motifs d'inquiétude. Les dividendes de Safran, versés en 2010, s'annoncent très faibles et la baisse de la rentabilité du TGV devrait priver en 2010 l'Etat de bénéfices substantiels de la part de la SNCF. La chute libre l'activité courrier de La Poste devrait également doucher ses espoirs de dividendes pour cette année. EDF, GDF, France Telecom et La Poste devraient être bénéficiaires mais dans les faits l'Etat leur verse à chacune des centaines de millions d'euros par an pour pérenniser leurs régimes spéciaux de retraite. Et que dire de RFF (Réseau ferré de France). Elle qui devrait afficher un résultat positif historique de 315 millions d'euros pour 2009 ne doit en réalité son équilibre qu'à la perfusion étatique annuelle de 2,3 milliards d'euros.

Etat actionnaire / Rentabilité