Une copropriété mal gérée

La mésentente entre les copropriétaires peut être telle que des travaux ne sont jamais votés. © Paul Vasarhelyi-123RF
Qu'on se le dise, la copropriété parfaite n'existe pas. Certaines sont toutefois pires que d'autres. La mésentente entre les copropriétaires est parfois telle que des travaux, bien que nécessaires, n'ont jamais été votés ou payés. Une situation rédhibitoire pour une partie seulement des acheteurs potentiels, explique Sébastien de Lafond. Le cofondateur et président du site d'informations immobilières MeilleursAgents fait référence à ceux qui ont déjà eu une mauvaise expérience en la matière. "Les primo-accédants, eux, auront tendance à se lancer malgré tout ce qui leur vaudra une décote de 10% facilement", assure-t-il.
Il est aussi des copropriétés qui présentent un taux d'impayés si élevé (à partir de 25% pour celles qui comptent jusqu'à 200 lots) qu'elles sont dites en difficultés. "On les trouve surtout en périphérie des grandes villes, là où le taux de chômage est important", précise Eric Allouche, directeur exécutif d'Era Immobilier, pour qui cela peut engendrer jusqu'à 20% de décote.