La bulle immobilière en Europe, suite... et fin ? L'appétit pour les crédits immobiliers à peine calmé

La folie de la construction a connu un sérieux coup d'arrêt depuis le début de la crise. La fièvre acheteuse a-t-elle pris le même chemin ? Réponse avec l'encours des prêts immobiliers, ramenés à un indice 100 en 2000 pour mieux comparer les évolutions, en particulier vis-à-vis des Etats-Unis.

les etats-unis sont dans une relative stabilité depuis 2005.
Les Etats-Unis sont dans une relative stabilité depuis 2005. © JDN

Le constat est sans équivoque : alors que les Etats-Unis sont dans une relative stabilité depuis 2005, certains pays ont poussé beaucoup plus longtemps et beaucoup plus haut leur appétit pour les crédits immobiliers. Sur les deux plus hautes marches, comme souvent mais pas forcément dans cet ordre : l'Irlande et l'Espagne. La première a vu son encours de crédits immobiliers s'envoler de 355% entre 2000 et 2008, avant de se stabiliser en 2009. A cette date, l'Espagne, elle, n'avait toujours pas fini de grimper, avec une hausse de 261% en neuf ans, même si 2009 a marqué un net ralentissement de la hausse.

La France n'est pas en reste : entre 2000 et 2009, elle n'a connu que des hausses, pour atteindre une augmentation de 142% de son encours. Le Royaume-Uni, lui, a vu une baisse s'opérer dès 2007. Et enfin, l'Allemagne est restée comme à son habitude plus sage, avec une stabilité tout au long de la décennie.

Etats-Unis / Crise financière