Autre mauvais présage, l'envolée des prix immobiliers en Asie

sources : ceic d'après national bureau of statistics et government housing bank,
Sources : CEIC d'après National Bureau of Statistics et Government Housing Bank, Rating and Valuation Department The Government of the HK Special Administrative Region, Banque centrale de Malaisie. © JDN

Depuis la fin des années 2000, les projecteurs des analystes sont braqués sur les pays asiatiques. Et pour cause, le prix de la pierre a explosé dans la plupart d'entre eux. Seul le Japon fait figure d'exception (-14% depuis fin 2008). En Chine, l'indice du prix de l'immobilier s'est apprécié de 50% entre fin 2008 et fin 2012, incitant les dirigeants à prendre des mesures anti-spéculatives dès 2010. A Pékin par exemple, les ménages ne peuvent pas acheter plus d'un appartement.

Même tendance à Hong Kong, où le prix de l'immobilier a plus que doublé depuis fin 2008, gonflé par la demande d'acheteurs chinois et d'investisseurs. Singapour n'échappe pas à la règle, avec un indice en hausse de 62% entre le 2e trimestre 2009 et le 3e trimestre 2013.