Créer ou reprendre en franchise : quelle est la meilleure solution ?

Entre les franchisés qui souhaitent céder leur entreprise et les enseignes qui transforment leurs succursales, les offres de rachat sont nombreuses.

31% des franchisés envisagent de céder leur entreprise dans les cinq ans, selon l'enquête annuelle de la Fédération française de la franchise publiée fin novembre 2015. Entre 2016 et 2021, ce sont donc plus de 21 000 commerces et sociétés de services en franchise qui chercheront repreneur en France.

Pour les enseignes, ce sont autant d'emplacements susceptibles de sortir de leur giron, dans le cas où le cédant ne trouverait pas de nouveau franchisé pour le remplacer. La question de la reprise en franchise est donc cruciale pour la stratégie d'une marque mais aussi pour la réussite d'un entrepreneur.

Une démarche différente…

Créer et reprendre un fonds de commerce constituent deux démarches opposées. En termes de coût, d'abord : on estime que le rachat d'un fonds de commerce est sensiblement plus onéreux qu'une création ex-nihilo, pour la simple raison que vous achetez les éléments rattachés à ce fonds, notamment la clientèle. Ce surcoût est censé être la contrepartie d'un retour sur investissement plus rapide que si vous créiez votre point de vente à partir de zéro.

"J'ai repris la seule agence Shiva de Marseille en août dernier", explique Laurent Blanchard, ancien responsable logistique internationale dans de grands groupes et aujourd'hui franchisé de l'enseigne spécialisée dans l'entretien du domicile. "Je bénéficie donc de la notoriété de la marque et des clients fidèles qui la suivent depuis ses débuts." Selon lui, rien de plus normal d'avoir versé un supplément pour démarrer son activité.

Attention, toutefois, au fonds que vous souhaitez reprendre, car tous ne présentent pas une santé financière intéressante. Certains peuvent même afficher un prix de vente surestimé. Plusieurs précautions doivent donc être prises, notamment se renseigner sur le passif comptable et financier de l'entreprise, ses dettes et ses engagements en cours, qui pourraient retomber sur le repreneur.

Autre point de différence entre une reprise et une création en franchise : l'emplacement. Reprendre un fonds peut s'avérer fort intéressant si la reprise concerne également le local dans lequel se situe le commerce. C'est, entre autres, la raison pour laquelle François Fabre a repris deux magasins La Mie Câline à Niort, début novembre. "L'opportunité s'est présentée de reprendre deux unités en même temps dans la même ville, et sur deux sites attractifs : avec mon associé, nous nous sommes donc lancés", raconte le nouveau franchisé.

… mais tout aussi prenante

Lorsque vous reprenez un fonds de commerce en franchise, vous signez un nouveau contrat avec l'enseigne – car un contrat de franchise est "intuitu personae", autrement dit propre à chacun et non transmissible. Vous démarrez donc une relation contractuelle plus ou moins longue avec une marque, au même titre qu'un créateur franchisé. Un droit d'entrée vous sera demandé, ainsi que le versement de redevances mensuelles, et vous devrez suivre une formation initiale. "J'ai suivi exactement le même parcours qu'un franchisé classique", confirme Laurent Blanchard.

En revanche, vous devrez prendre le train en marche et notamment composer avec le personnel déjà en place, recruté, formé et managé par l'ancien dirigeant. Dans certains cas, la dimension RH n'est pas à négliger : le repreneur de l'agence Shiva de Marseille s'est ainsi retrouvé à manager une quinzaine de salariés de l'ancienne direction, idem pour le franchisé La Mie Câline de Niort. Un passage de relai à faire en douceur et avec tact. "Anciens chefs d'entreprises indépendants, nous sommes habitués à manager des équipes depuis plusieurs années : la transition s'est faite sereinement", assure François Fabre.

Enfin, la reprise n'est pas forcément synonyme de gain de temps : si elle évite de passer de longues semaines à recruter et former une nouvelle équipe, il faut bien garder à l'esprit que le personnel devra s'adapter au changement de direction. Ce qui prévaut surtout, pour reprendre l'expression du franchisé La Mie Câline, c'est "d'avoir un coup de cœur" pour le commerce à reprendre ou créer.

Franchise / Retour sur investissement