La multiplication des appareils connectés sature les ondes radio

le risque de parasitage entre deux appareils émettant à des fréquences trop
Le risque de parasitage entre deux appareils émettant à des fréquences trop proches est déjà réel. © Sergey Tokarev - Fotolia.com / JDN

Trafic aérien, téléphone mobile, GPS ou autres objets connectés : les appareils utilisant les fréquences radio prolifèrent à toute allure, consommant toujours plus de bande passante. Un smartphone engendre par exemple 29 fois plus de trafic qu'un téléphone classique, selon Cisco. Or, le spectre n'est pas extensible à l'infini. Le risque de parasitage entre deux appareils émettant à des fréquences trop proches est déjà patent. Un satellite de l'agence spatial européenne a récemment été victime d'émissions parasites et plusieurs radars météo ont été touchés par le même phénomène.

L'UIT, l'Union international des télécommunications, qui gère la répartition des usages, doit faire face aux pressions des opérateurs de téléphonie qui réclament de pouvoir utiliser des fréquences de télévision ou scientifiques selon eux "sous utilisées". La guerre ne fait que commencer.