Le sable, surexploité, disparaît des côtes

une grande part du sable terrestre est désormais prisonnière du béton.
Une grande part du sable terrestre est désormais prisonnière du béton. © Bozena Fulawka - Fotolia.com / JDN

Une pénurie de sable ? Difficile à croire, quand on pense aux immenses étendues désertiques du Sahara. Et pourtant, cette ressource est largement surexploitée comme l'a mis en lumière un documentaire d'Arte diffusé en 2013. "Chaque année, on produit deux tonnes de béton par être humain, ce qui équivaut à cinq à quinze milliards de tonnes de sable extraites de leur environnement naturel", explique à la chaîne le géologue Michael Welland. "Une grande part du sable terrestre est désormais prisonnière du béton", ajoute-t-il.

Conséquence : 75 % des plages du monde auraient disparu et des îles entières ont été englouties en Indonésie et aux Maldives. De l'autre côté, Singapour ou Dubaï étendent leur territoire en important du sable, souvent frauduleusement.