1971 : la Garantie foncière se sucrent sur le dos des épargnants

La Garantie Foncière proposait des placements dans l'immobilier. © Gaëlle Le Bacquer

A la fin des années 1960, la Garantie foncière propose aux particuliers de placer leurs économies dans l'immobilier, avec des rendements extrêmement attractifs. Fondée par Robert Frenkel, elle regroupe 14 000 participants en 1971 et 220 millions de francs de souscriptions.

Au-delà de ces promesses intenables, les époux Frenkel ont été condamnés à des peines de prison pour avoir détourné pour eux-mêmes 32 millions de francs. La Garantie foncière achetait des biens immobiliers afin de les louer et de rémunérer ainsi les épargnants. Mais Frenkel et ses complices en ont profité pour se faire racheter des immeubles qu'ils avaient acquis à bas prix, empochant ainsi une jolie plus-value sur le dos des souscripteurs.

Pour couronner le tout, un député figurait parmi les inculpés. André Rives-Henrys, élu UDR du 19e arrondissement, était à la tête du conseil de surveillance de la Garantie foncière. Il sera condamné à 30 mois de prison.