Belgique : le secret bancaire pour les impôts directs

Une vue de Bruxelles en Belgique. © Georgina Vandermosten

La Belgique est notamment accusée de n'avoir pas souscrit à l'échange automatique d'informations bancaires prévu par la directive européenne sur l'épargne. D'autre part, le négoce du diamant, à Anvers, a longtemps été un moyen de blanchir l'argent sale, assure Tax Justice Network.

Au-delà des avantages fiscaux accordés aux non-résidents, le secret bancaire y est actuellement quasi garanti pour les impôts directs.

Le gouvernement belge a pourtant promis d'y mettre fin dès l'an prochain. "J'ai bon espoir que nous ne soyons pas sur une quelconque liste de paradis fiscaux", indiquait le ministre belge des Finances, Didier Reynders au mois de mars. Pour l'instant, c'est raté.