Madère : une exception aux lois portugaises

Une vue de Madère. © Bruno Cusa

Cette petite île portugaise à l'ouest du Maroc est surtout connue comme destination touristique. Moins pour son secret bancaire. Le territoire ne répond en effet positivement qu'à un seul des critères de transparence définis par Tax Justice Network (les sociétés à compartiments multiples n'y sont pas autorisées).

En temps que "zone de libre-échange", Madère n'est supervisée par aucune autorité de régulation et bénéficie d'exceptions à la loi portugaise. Il est par exemple permis d'y établir un trust alors que c'est interdit au Portugal. Or les trusts ne sont pas enregistrés comme entité légale, contrairement aux sociétés. Ils sont donc soupçonnés de servir au blanchiment d'argent, en faisant disparaître les fonds derrière l'identité d'un prête-nom.