Les villes françaises de plus en plus pauvres

Villes de plus en plus pauvres Entre 2007 et 2012, le revenu moyen par foyer a fortement chuté dans certaines communes, alors qu'il a augmenté dans d'autres.

Tic-tac. La date limite de dépôt de la déclaration d'impôts sur le revenu approche à grands pas. L'occasion de se demander où vivent ceux qui sont passés entre les mailles de la crise. Pour géolocaliser ces privilégiés, le JDN n'a pas arpenté le pays  muni d'une faucille et d'un marteau bardés de capteurs mais calculé l'évolution entre 2007 et 2012 du revenu fiscal de référence moyen par foyer (voir méthodologie en bas de page) dans les grandes villes de France.

Corrigé de l'inflation, ce revenu est en baisse dans 50 des 629 communes de plus de 15 000 habitants que compte la métropole et les départements d'Outre-mer, soit dans près de 8% d'entre elles. Pour savoir si votre ville fait partie de celles dont les habitants se sont appauvris entre 2007 et 2012, cliquez (et zoomez si nécessaire) sur notre carte interactive.

L'évolution du revenu fiscal moyen par foyer dans les grandes villes (+15 000 habitants)

Passez votre souris sur une ville pour afficher les données

 

 

Les villes dont les habitants se sont appauvris entre 2007 et 2012 se situent majoritairement dans le nord de la France. A contrario, celles où le revenu fiscal moyen par foyer a progressé de plus de 10% sur la période se situent plutôt dans l'Est et le Sud de la France, ainsi qu'en région parisienne.

La concentration de communes de plus de 15 000 habitants étant particulièrement forte en Ile-de-France, voici, pour une meilleure lisibilité, une carte dédiée à cette région.

 

 

 En détails : les villes dont les habitants s'appauvrissent

Corrigé de l'inflation, le revenu fiscal de référence moyen par foyer a augmenté de 4,4% en moyenne dans les grandes villes répertoriées. Un chiffre à faire saliver Le Bouscat (Gironde), Meylan (Isère) et Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis) qui montent sur les marches du triste podium des villes où les habitants se sont le plus appauvris entre 2007 et 2012, avec des baisses respectives de 10,1%, 7,5% et 5,5% du revenu fiscal de référence moyen par foyer.

Ceci étant, les foyers établis dans ces trois municipalités sont en moyenne plus aisés que leurs compatriotes, avec un revenu fiscal de référence supérieur à la moyenne nationale (villes de plus de 15 000 habitants seulement) qui s'élève à 23 003 euros, une fois l'inflation retirée.

A noter qu'entre 2006 et 2011, le taux de chômage a davantage progressé au Bouscat et à Livry-Gargan (respectivement +3 et +2 points) que dans la France entière (+1 point). En revanche, l'explication ne vaut pas pour Meylan, où le taux de chômage est stable sur la période, à 5%.

Les villes dont les habitants se sont le plus appauvris entre 2007 et 2012 (+15 000 habitants)
Rang Ville Département Evolution du revenu fiscal de référence moyen par foyer Revenu fiscal moyen par foyer 2012 (hors inflation)
Source : Ministère des Finances et des Comptes publics
1 Le Bouscat Gironde -10,09% 29 226 €
2 Meylan Isère -7,49% 39 054 €
3 Livry-Gargan Seine-Saint-Denis -5,52% 23 773 €
4 Clichy-sous-Bois Seine-Saint-Denis -4,39% 14 370 €
5 Grigny Essonne -4,23% 13 880 €
6 Pontivy Morbihan -3,98% 20 746 €
7 Villiers-le-Bel Val-d'Oise -3,87% 15 076 €
8 Gonesse Val-d'Oise -3,57% 18 070 €
9 Cesson-Sévigné Ille-et-Vilaine -3,54% 33 446 €
10 Sens Yonne -3,39% 18 456 €
11 Garges-lès-Gonesse Val-d'Oise -2,88% 13 692 €
12e ex aequo Les Abymes Guadeloupe -2,45% 12 153 €
12e ex aequo Montélimar Drôme -2,45% 20 776 €
14 Saint-Dié-des-Vosges Vosges -2,40% 17 257 €
15 Oyonnax Ain -2,26% 19 387 €
16 Écully Rhône -2,15% 40 359 €
17 Baie-Mahault Guadeloupe -1,93% 22 302 €
18 Pointe-à-Pitre Guadeloupe -1,90% 12 458 €
19 La Courneuve Seine-Saint-Denis -1,85% 13 410 €
20 Le Port La Réunion -1,74% 9 846 €
Moyenne nationale     +4,57% 23 003 €

A l'inverse, avec une hausse de 42% du revenu fiscal de référence moyen par foyer entre 2007 et 2012, Kourou (Guyane) arrive en tête des communes dont les habitants se sont le plus enrichis. Pourtant, entre 2006 et 2011, le taux de chômage a augmenté de 5 points dans la commune guyanaise, à 19%.

Outre le recul de l'emploi observé sur la période, près de 7 foyers fiscaux sur 10 sont non imposables, notait l'Insee dans une étude publiée au printemps 2009. Autant d'éléments qui portent à croire que si le revenu fiscal de référence moyen par foyer a bondi , c'est parce que les plus fortunés se sont encore davantage enrichis, ce qui s'explique notamment par le fait que l'économie locale soit largement portée par l'activité spatiale qui requiert une main d'œuvre qualifiée.

Viennent ensuite les villes de Pontarlier (Doubs) et Saint-Louis (Haut-Rhin), où le revenu fiscal de référence moyen par foyer a augmenté respectivement de 19,5% et 18% entre 2007 et 2012.

 

Méthodologie

Les revenus fiscaux de référence moyens par foyer en 2012 et 2007 ont été calculés à partir des statistiques sur les impôts des particuliers, centralisés par le ministère des Finances et des Comptes publics.

Les revenus fiscaux de référence portent sur les revenus déclarés par les contribuables l'année précédente.

Seules les villes de plus de 15 000 habitants (métropole + DOM) ont été retenues.

La commune de Bois-Guillaume-Bihorel, issue de la fusion en janvier 2012 de Bois-Guillaume et de Bihorel (union annulée depuis), a volontairement été écartée de ce dossier. La commune de Bois-Guillaume-Bihorel a toutefois été prise en compte dans le calcul de la moyenne du revenu fiscal de référence par foyer dans les villes de plus de 15 000 habitants.

La population active prise en compte pour le calcul du taux de chômage en 2011 dans les communes citées est la population active 2010. Par ailleurs, le JDN a choisi de ne retenir que les demandeurs d'emploi de catégorie A pour le calcul des taux de chômage locaux en 2006 et 2011.

 

Revenus / Chômage