Les robots agiles, la prochaine grande révolution humaine De futurs soldats...

"Dans dix ans, il y aura probablement un soldat pour 10 robots, pronostiquait en novembre 2013 Scott Hartley, vice-président et cofondateur de 5D Robotics à l'occasion du "Rodéo robotique", un évènement au cours duquel des militaires américains ont pu évaluer les capacités de robots armés d'une mitrailleuse.

Des officiers supérieurs de l'US Army espèrent voir des robots guerriers en action d'ici 2018

Des robots agiles dans l'armée, oui, mais pour quoi faire ? D'abord, pour protéger les humains. Selon l'entrepreneur, "chaque soldat pourrait être flanqué d'un ou cinq robots à la recherche d'ennemis, détectant les mines terrestres". Voire désamorcer des engins explosifs.

Une fois qu'ils auront amélioré leur sens de l'équilibre, perfectionné leur apprentissage de la marche et gagné en autonomie, les robots pourront même prétendre au premier rôle et patrouiller dans les zones dangereuses à la place des soldats. Un futur lointain ? Déjà, les forces britanniques se servent du Dragon Runner de QinetiQ comme d'éclaireur. Ce robot de 5 kilogrammes peut être transporté dans un sac à dos puis jeté dans l'enceinte d'un bâtiment ou dans une grotte et retransmettre des images de vidéo surveillance. Il est capable de grimper les escaliers et d'ouvrir les portes.

les robots pourraient bientôt ramener des soldats blessés de la ligne de fronts
Les robots pourraient bientôt ramener des soldats blessés de la ligne de fronts à l'image de BEAR, le robot de Vecna testé par l'armée américaine en 2010. © Capture d'écran Youtube

Les robots pourront aussi servir à transporter le matériel des soldats, ce dont est capable le LS3, un quadrupède tout terrain, conçu par Boston Dynamics. Il peut porter plus de 180 kilos de matériel et possède suffisamment d'énergie pour partir en mission pendant 24 heures et parcourir une trentaine de kilomètres (20 miles). Le LS3 suit automatiquement son opérateur grâce à un système de vision artificielle et n'a donc pas besoin d'être piloté. Il est testé sur le terrain depuis 2012.

Autre utilisation militaire possible des robots : ramener des soldats blessés de la ligne de front. Déjà en 2010, l'armée américaine testait l'humanoïde BEAR (pour Battlefield Extraction-Assist Robot) de l'entreprise Vecna. Alors qu'il était à l'origine télécommandé, BEAR était capable dès 2011 de comprendre des ordres du type "rends-toi à cet endroit" ou "ramasse cet objet".

Enfin, ils pourraient être amenés à remplacer les soldats sur le champ de bataille, et combattre à leur place. Toujours lors de l'édition 2013 du Rodéo robotique, des officiers supérieurs de l'US Army avaient déclaré à Wired qu'ils espéraient voir des robots guerriers en action d'ici 5 ans.

Robotique