De la misère au luxe, l'incroyable histoire de Ralph Lauren

Petit, Ralph Lipschitz rêvait d'être millionnaire. Aujourd'hui, il profite pleinement de sa fortune estimée à plus de 6 milliards de dollars.

En 1957, dans l'annuaire de la DeWitt Clinton High School, Ralph Lauren indiquait l'un des objectifs de sa vie : "devenir millionnaire". En septembre dernier, la légende de la mode a annoncé qu'il se retirait de son poste de CEO. Il restera dans l'entreprise en tant que président exécutif et directeur de la création. Sa fortune est estimée à 6 milliards de dollars.

Mais bien avant de devenir une icône de la mode, il était Ralph Lipschitz, le plus jeune fils d'une famille d'immigrants juifs vivant dans le Bronx. En grandissant, il a appris à s'échapper de la pauvreté de sa famille en allant au cinéma et en s'immergeant dans les intrigues.

Bien avant de devenir une icône de la mode, il était Ralph Lipschitz, le plus jeune fils d'une famille d'immigrants juifs vivant dans le Bronx

"Il tombera littéralement dans le fantasme des films de cette époque", a expliqué Michael Gross, auteur de Genuine Authentic : The Real Life of Ralph Lauren, à Bloomberg. "Il se projetait dans des scènes où Gary Cooper et Cary Grant jouaient. Il voit les personnages qui peuplent ses rêves et visions, et cette vision, cette capacité à entrer dans un monde fantastique, Ralph l'a transportée dans le secteur de la mode."

Il s'est détaché un peu plus encore de ses modestes origines dans son adolescence lorsqu'il a choisi de changer son nom de Lipschitz à Lauren, après avoir enduré des années de moqueries et harcèlements.

Ensuite, après une courte période dans l'armée, Lauren est retourné à New York et a commencé à travailler comme vendeur chez Brooks Brothers.

Puis son premier match de polo l'a transformé. Cette expérience l'a aidé à donner forme à ses idées et a activé son esprit d'entrepreneur. "On voyait des choses fabuleuses", se souvient Warren Helstein, son ami qui l'a emmené au match. "L'argent, le cuir, les chevaux, les grandes et chics blondes aux grands chapeaux, et la haute société que nous ne connaissions pas vraiment."

Cet événement l'a poussé à développer une marque raffinée et élégante, qui deviendra Polo Ralph Lauren.

Son premier match de polo l'a transformé. Cette expérience l'a aidé à donner forme à ses idées et a activé son esprit d'entrepreneur

Avec seulement un diplôme du lycée et quelques cours de commerce dans sa besace, décider de monter sa propre entreprise était le premier des nombreux risques que Lauren a pris dans sa carrière légendaire.

Le second risque fût de concevoir des cravates larges et colorées lorsque la norme de l'époque était "fines et unies."
Cette approche radicale a convaincu Bloomingdale, ainsi qu'une tonne de clients. Ralph Lauren a vendu l'équivalent de 500 000 dollars en cravates en un an.

Malgré un succès très rapide, Lauren a fait grandir son entreprise sans relâche. "Ralph ne se repose pas sur ses lauriers", a confié John Varvatos, son protégé. "Vous pouvez profiter du moment mais devez continuer à faire avancer les choses. Vous ne pouvez pas vous satisfaire d'une seule réussite."

Lorsqu'il a fallu concevoir de nouveaux designs, Lauren est resté simple. Il imaginait des vêtements qu'il voudrait lui-même porter : des vêtements faits pour les stars de cinéma.

"Ce que Cary Grant portait, vous ne pouviez pas entrer dans un magasin et l'acheter", a-t-il expliqué à Charlie Rose en 1993. "Ce que j'ai créé, vous ne pouviez pas l'acheter. Vous ne le trouviez nulle part."

Lauren a introduit son entreprise en bourse en 1997. C'était une décision difficile, il ne savait pas s'il voulait des actionnaires et un comité. Il s'est également assuré de garder la majorité des votes.

Le petit garçon qui voyait en grand et rêvait d'être millionnaire profite aujourd'hui de son succès, à 75 ans, avec des maisons en Jamaïque, à Long Island, Bedford et Manhattan, et aussi un ranch d'environ 69 km² (17 000 acre) dans le Colorado.

"Ce que j'ai créé, vous ne pouviez pas l'acheter. Vous ne le trouviez nulle part"

Il possède également une des plus grandes collections de voitures au monde. "D'autres collectionnent des œuvres d'art mais pour moi, posséder une voiture rare et magnifique offre une toute autre expérience", a-t-il raconté a Architectural Digest. "Au final, vous pouvez profiter de la beauté de la machine, et du voyage qu'elle vous offre."

Lauren ne montre aucun signe d'essoufflement. Malgré le fait qu'il se soit retiré de son poste de CEO, il n'envisage pas du tout de quitter son entreprise.

"Lorsqu'ils commenceront à créer des choses que je ne peux pas comprendre, je démissionnerai", a-t-il indiqué au New York Times. "Mais aujourd'hui , je n'ai pas l'impression d'être en retard."

 

Article de Kathleen Elkins. Traduction par Caroline Brenière, JDN

Voir l'article original : From dirt poor to billionaire — the incredible rags-to-riches story of fashion legend Ralph Lauren​

Devenir riche / Milliardaire