5 entreprises innovantes qui sortent du lot Wandercraft : de nouvelles jambes pour les paraplégiques

nicolas simon, co-fondateur de wandercraft.
Nicolas Simon, co-fondateur de Wandercraft. © Centrale Paris.

Permettre aux paraplégiques de retrouver l'usage de leurs jambes, c'est l'ambition qu'affichent les porteurs du projet Wandercraft, grand vainqueur du concours de l'incubateur Centrale Paris. Vincent Blaclard, Alexandre Boulanger et Nicolas Simon, tous les trois étudiants à l'école Polytechnique de Paris, sont partis d'un constat simple : l'innovation ne profite pas assez aux personnes à mobilité réduite. Les fondateurs de Wandercraft entendent réaliser "le rêve de pouvoir marcher à nouveau" des 30 000 paraplégiques qui vivent en France.

Les trois entrepreneurs ont donc imaginé des structures motorisées. Placés de chaque côté des jambes, ces appareils seraient contrôlés de manière intuitive par les paraplégiques qui conservent l'usage de leur buste. Pour l'heure, la conception du prototype s'arrête à la version 3D, réalisée avec l'aide d'un industriel qui a fourni gratuitement les licences pour l'utilisation de son logiciel à Wandercraft.

"L'appareil coûtera 20 000 euros."

Prochaine étape : la fabrication d'une jambe de la structure motorisée. La petite équipe prévoit de vendre chaque exosquelette 20 000 euros pièce. "C'est le prix qu'il faut compter en moyenne pour acheter un fauteuil roulant haut de gamme, relativise Alexandre Boulanger. Par ailleurs, l'Etat pourrait assurer une prise en charge à hauteur de 10 000 euros".

Les fondateurs de Wandercraft estiment à trois le nombre de leurs concurrents directs dans le monde. Après la France, les trois étudiants comptent bien partir à l'assaut du marché européen qui leur est accessible grâce à l'harmonisation des normes dans ce domaine.

Idée de business