Ces entreprises ressuscitées par la reprise Bosch avance ses augmentations de salaires

bosch a réduit ses dépenses, conservé ses titulaires et investi en r&d.
Bosch a réduit ses dépenses, conservé ses titulaires et investi en R&D. © Bosch

2009 restera une annus horribilis pour le groupe allemand Bosch, géant mondial de l'équipement automobile. Pour la première fois depuis 1945, il a perdu de l'argent : 1,3 milliard d'euros. C'est que 59% de l'activité de l'entreprise est réalisé par ses pièces détachées. Les brutales baisses de commande des constructeurs ont eu raison de sa solidité. Et Bosch a vu son chiffre d'affaires chuter de 16%, à 38 milliards d'euros.

Pour sortir de l'ornière, Bosch s'est appuyé sur trois fondamentaux : réduire les dépenses, conserver les employés titulaires et continuer à investir en R&D. En France, fin 2009, l'usine de Vénissieux du groupe a pourtant failli fermer. In extremis, des lignes de fabrication de panneaux photovoltaïques made in Bosch ont remplacés celles des pompes pour moteurs diesel. Et 2010 fut l'année du redressement. Le report des augmentations de salaires et la mise en place du temps partiel a permis au groupe de profiter immédiatement du rebond. Et l'an dernier, le chiffre d'affaires a atteint un montant record de 47,3 milliards d'euros, soit une hausse de 24% sur un an. Et avec le retour aux bénéfices, l'augmentation des salaires à été avancée de deux mois.

Crise financière / Chiffre d'affaires