Ces entreprises ressuscitées par la reprise Kaufman & Broad a changé de clientèle

il a aussi abandonné plusieurs projets et enfin il a réorienté son offre sur les
Il a aussi abandonné plusieurs projets et enfin il a réorienté son offre sur les primo-accédant. © Kaufman & Broad

Fin 2008, Kaufman & Broad a senti passer le vent du boulet. Avec des milliers de logements invendables sur les bras, le promoteur immobilier, alors spécialiste des logements neufs haut de gamme, était tout prêt d'être balayé par la crise bancaire. Alors Guy Nafilyan, son PDG, a mis en place une riposte pour sauver les meubles. Il a immédiatement baissé les prix de ses logements. Il a aussi abandonné plusieurs projets et enfin il a réorienté son offre sur les primo-accédant.

Conséquence de ce repositionnement, les remises accordées ont pesé sur les marges, et inévitablement, le chiffre d'affaires s'est effondré de près de 30%. L'entreprise avait beau tailler dans ses effectifs (166 postes sur 900) et fermer 2 agences sur 14, les pertes sont apparues dès 2009 : 29,8 millions d'euros. Mais le plan n'a pas tardé à porter ses fruits. En 2010, cette filiale de PAI a vu ses réservations de logements bondir de 41,3% en valeur. Et si le chiffre d'affaires est étale (936 millions d'euros), les profits sont déjà de retour : 84,4 millions d'euros.

Crise financière / Chiffre d'affaires