Le monde à l'ère du chômage de masse Comment se protéger du chômage

Bien sûr, il n'existe pas de recette miracle pour se prémunir à coup sûr du chômage. Mais quelques précautions peuvent être prises pour diminuer les risques. On peut notamment :

Chercher un emploi dès aujourd'hui : l'idée n'est pas de quitter son entreprise, mais d'être prêt si le chômage vous frappe. Quand ce sera le cas, il y a de fortes chances que des profils similaires au vôtre se retrouvent au même moment sur le marché d'emploi. Réactivez ou créez dès aujourd'hui votre réseau professionnel, réalisez une veille sur les opportunités d'embauche, n'hésitez pas à rencontrer, de manière formelle ou non, de possibles futurs employeurs ou des chasseurs de tête. Ce dernier point en particulier peut vous permettre de placer votre CV en haut de la pile.

Veiller à la santé de son entreprise : rien de pire pour trouver un emploi que de se retrouver d'un coup au chômage en même temps que la totalité de vos collègues. Ils ont le même profil que vous et candidateront aux mêmes entreprises. Si votre société va mal, mieux vaut en partir avant les autres que de risquer de se retrouver en même temps qu'eux à Pôle Emploi.

Changer de secteur : tous les secteurs d'activité ne sont pas égaux face à la crise. Ceux dits "de confort", c'est-à-dire non indispensables à la vie quotidienne, sont davantage sensibles aux baisses de revenus des consommateurs et donc au chômage de masse. A l'inverse, on peut privilégier certains secteurs comme l'agroalimentaire, l'énergie et la santé.

Préparer sa reconversion : comme il est des secteurs fragiles, il existe des métiers en voie de disparition. Plutôt que de chercher en vain pendant sa période d'indemnisation un nouveau poste, mieux vaut changer de voie dès le début. Et pour cela, rien de tel que de savoir à l'avance ce pour quoi l'on est éventuellement fait, via par exemple un bilan de compétences, et connaitre les métiers qui ont le vent en poupe, comme ceux du numérique actuellement.

Se méfier de ses clients : de même que les salariés ont tout intérêt à veiller à la santé de leur entreprise, les indépendants doivent s'intéresser à celle de leurs clients et aux secteurs dans lesquels ils opèrent. Sommairement, il vaut mieux travailler pour de grandes entreprises de l'énergie que pour des TPE spécialisées dans la décoration.

Préparer sa création d'entreprise : quand le marché de l'emploi s'assèche, la solution pour bien des personnes est de créer leur entreprise. Mais avant de s'y mettre, elles auront perdu plusieurs mois en recherche d'emploi vaine puis en préparation de leur projet. Prendre de l'avance peut donc se révéler un sérieux avantage. Trouvez votre idée, préparez un business plan, renseignez-vous sur les dispositifs d'aide, de cumul avec les indemnités chômage, voire lancez-vous dès aujourd'hui dans une sorte de pré-activité en tant qu'auto-entrepreneur.

Souscrire à une assurance chômage privée : ces assurances, proposées par de nombreux assureurs et mutuelles permettent de conserver son niveau de rémunération contre cotisations et sous conditions. Attention cependant aux périodes de franchise et souscrire une telle assurance face à un licenciement immédiat sert à rien vu le faible montant des cotisations accumulées.

Oublier la cigale : préférez la fourmi si vous vous sentez en danger. Examinez votre budget pour connaître le montant de vos dépenses mensuelles incompressibles et comparez-le avec vos éventuelles futures indemnités. Faites les ajustements si nécessaire, par exemple en regroupant des crédits : il est plus facile de négocier avec son banquier lorsque l'on a un emploi. Globalement, le niveau d'endettement doit être suffisamment bas pour faire face à une baisse de ses revenus.

Crise financière / Chômage