Sept Français qui ont créé leur entreprise au Brésil Benjamin Cano et Louis Planès dénichent les belles demeures

En couple depuis 2000, Benjamin Cano et Louis Planès ont plaqué leurs jobs en or en France en 2009 pour s'installer au Brésil et s'associer dans les affaires. Respectivement consultant en ressources humaines et vétérinaire, les deux Français ont d'abord songé à ouvrir un riad au Maroc, avant de tomber sous le charme de Rio de Janeiro lors d'un voyage touristique. "On a tout de suite vu que l'offre hôtelière était assez pauvre et le marché immobilier mal organisé", témoigne Louis Planès.

benjamin cano et louis planès ont créé leurs entreprises en 2010 et 2011.
Benjamin Cano et Louis Planès ont créé leurs entreprises en 2010 et 2011. © Laurence Guenoun

Ce n'est donc pas une mais deux entreprises que les deux hommes ont créé en 2011 : un hôtel/maison d'hôte et une agence spécialisée dans la recherche d'appartements pour les investisseurs étrangers.

Après de longs mois de recherche, ils tombent enfin sur la perle rare : une magnifique maison des années 40 pleine de charme, située dans une jolie rue pavée sur les hauteurs d'Ipanema, le quartier branché de la ville. "Nous avions pourtant fini par laisser tomber ce quartier à cause des prix exorbitants", rapporte Benjamin Cano. Coup de chance : une campagne de "pacification" des favelas à proximité a ouvert de nouvelles opportunités à nos deux entrepreneurs. La "Casa Mosquito" ouvre donc en septembre 2011 et peut déjà se targuer d'un taux d'occupation de 80%, se félicite l'entrepreneur de 35 ans.

"Archi fan des réseaux sociaux", il alimente des pages Facebook ou Pinterest de l'hôtel. Très bien classé sur TripAdvisor, ce dernier a notamment réussi à attirer une grosse clientèle allemande. "D'ici la Coupe de monde de football, nous allons ouvrir cinq nouvelles suites et un immense toit-terrasse panoramique avec bar et piscine", s'enthousiasme le Français.

"Il faut souvent visiter une soixantaine d'appartements avant de tomber sur la bonne occasion".

Son compagnon de 53 ans, Louis Planès, est lui président de leur deuxième société baptisée RIOException (même si les deux sont associés à 50-50 dans les deux affaires). "Nos clients nous rémunèrent pour dénicher l'appartement de leur rêve, que ce soit pour leur pied-à-terre à Rio ou pour mettre en location". Des investisseurs exigeants, qui recherchent avant tout des maisons authentiques, avec vue sur la mer et biens placées.

Pas évident "car la plupart des appartements ressemblent à des HLM un peu améliorés", déplore Louis Planès. Il lui faut souvent visiter une soixantaine d'appartements avant de tomber sur la bonne occasion. Heureusement, la flambée des prix, qui atteignait encore 25% par an il y a trois ans, est un peu retombée.

"La plupart de nos clients achètent des biens autour d'un million de reals [322 000 euros], rapporte l'entrepreneur. Pour cette entreprise aussi, le développement est au rendez-vous : RIOException s'est enrichie depuis peu d'une branche rénovation et décoration. "90% des appartements que nous vendons nécessitent des travaux. Il était donc naturel de proposer ce service à nos clients." Trente investisseurs leur ont fait confiance en 2013.

Idée de business