Demain, le choc de la déflation ? Immobilier : plus bas, plus vite

La crise financière a démarré en juillet 2007 avec l'éclatement de la bulle immobilière aux Etats-Unis, qui a rendu sans valeur des milliards de dollars de créances titrisées. Quatre ans plus tard, on pourrait légitimement croire que les prix immobiliers sont stabilisés.

la pierre aux etats-unis vaut toujours de moins en moins chère.
La pierre aux Etats-Unis vaut toujours de moins en moins chère. © JDN

Las, il n'en est rien. La pierre aux Etats-Unis vaut toujours de moins en moins chère et en ce qui concerne l'immobilier commercial, la chute a même tendance à s'accélérer : -11% entre le 1er et le 2e trimestre 2011. Depuis le 4e trimestre 2007, les bureaux ont perdu 49% de leur valeur outre-Atlantique et le mètre carré n'a jamais valu aussi peu depuis la création de l'indicateur de Moody's en 2001. Sur les 14 derniers trimestres, l'immobilier commercial américain a connu 12 trimestres de baisse, un de stabilité et un seul de hausse. En juillet dernier, l'analyste Gary Shilling prévoyait une chute supplémentaire de 20%.

Le marché résidentiel américain n'est pas plus brillant. Alors que les avis d'expulsion continuent de tomber à un rythme étourdissant (213 000 en juillet, en baisse cependant de 35% sur un an), les prix viennent d'enchaîner 4 trimestres de baisse alors qu'ils se redressaient les 4 trimestres précédents. Par rapport à début 2007, les logements américains ont perdu 31% de leur valeur.

Etats-Unis / Crise financière