Demain, le choc de la déflation ? Hors spéculation, une hausse des prix qui ralentit

Certes, les prix à la pompe semblent toujours plus élevés et la douloureuse toujours plus salée à la sortie du supermarché. Mais cela ne signifie pas forcément que l'inflation règne, l'énergie et les matières premières agroalimentaires étant victimes d'une spéculation acharnée. Sans parler de certaines marges de distributeurs.

la courbe des prix tous produits compris peut connaître des hauts et des bas
La courbe des prix tous produits compris peut connaître des hauts et des bas spectaculaires. © JDN

Une spéculation, encouragée par les aléas géopolitiques et climatiques, que le graphique ci-dessus révèle bien. Alors que la courbe de de l'évolution des prix tous produits compris peut connaître des hauts et des bas spectaculaires, celle de l'évolution de l'indice des prix hors aliments et énergie est elle beaucoup plus constante... à la baisse. Alors que la hausse des prix s'établissait à une moyenne de 3% en 2006, elle est passée à 2,3% en 2007 et 2008, puis à 1,7% en 2009 et à à 1% en 2010. Elle se redresse légèrement depuis mai, ce qui donne pour l'instant une moyenne 2011 de 1,4%. Soit plus de deux fois moins que son niveau d'avant-crise.

Crise financière / Matières premières