L'économie mondiale, un an après Lehman Des finances publiques qui s'enfoncent

la baisse des recettes s'ajoute à la hausse des dépenses pour la relance.
La baisse des recettes s'ajoute à la hausse des dépenses pour la relance. © JDN

Aux mesures de relance coûteuses s'ajoutent pour les Etats des rentrées fiscales en berne. La faute à la situation économique, qui diminue autant la collecte de l'impôt sur le travail que sur les bénéfices des sociétés et les revenus. Ainsi, aux Etats-Unis, les rentrées fiscales issues des charges sociales et de l'impôt sur le revenu, prélevés mensuellement, sont certains mois jusqu'à 10% inférieures à ce que qu'elles étaient un an auparavant. Surtout, elles sont en baisse sans discontinuer depuis octobre 2008, toujours sur 12 mois. Depuis cette date, les deux plans de relance de George W. Bush et Barack Obama ont coûté la bagatelle de 939 milliards de dollars...

Conséquence, selon la Maison Blanche et le Congrès américain, le déficit budgétaire devrait s'élever à pas moins de 1 600 milliards de dollars au 30 septembre, date de clôture de l'exercice en cours. Un niveau jamais atteint qui représenterait 11% du PIB. Et les prévisions pour les dix prochaines années sont alarmistes. Les estimations pour 2019 varient entre 7 140 milliards pour le Congrès et 9 000 milliards pour la Maison Blanche.

Crise financière / Mondialisation