Le business de la croisière Remplir les navires au maximum pour être rentable

les catalogues sortent 18 mois à l'avance pour assurer un meilleur taux de
Les catalogues sortent 18 mois à l'avance pour assurer un meilleur taux de remplissage. © Costa Croisières, CroisiEurope

Comment un navire à 500 millions d'euros, 2 fois plus cher qu'un hôtel, peut-il être rentable ? Grâce à des taux de remplissage exceptionnels. De nombreuses compagnies affichent un taux d'occupation supérieur à 100%, en comptant les lits supplémentaires dans les cabines. Même sans cet artifice, les bateaux partent quasi pleins à chaque croisière.

Deuxième astuce : diluer le risque. "Nos croisières sont revendues dans plus de 60 pays", explique Patrice Régnier. "En période creuse en France, on remplit le bateau avec des clients italiens ou allemands".

Troisième recette : sortir les brochures très longtemps à l'avance. Les catalogues sont envoyés aux agences plus de 18 mois à l'avance. Comme dans l'aérien, les armateurs pratiquent le "yield management" : plus on réserve tôt, plus on a un tarif intéressant. Les réductions peuvent aller jusqu'à 50% sur le plein tarif. Non seulement cette technique optimise le remplissage, mais elle permet aux compagnies de garnir leur trésorerie (le client payant un acompte).

Rentabilité