Les privilèges des sénateurs Des employés eux aussi gâtés

le sénat, vu du jardin du luxembourg.
Le Sénat, vu du jardin du Luxembourg. © Jean-Pierre Marro

Les employés du Sénat bénéficient eux aussi d'un traitement généreux, expliquent les auteurs.

« Récapitulons les conditions de travail. Des rémunérations qui, à qualification égale, sont au moins 50 % et 30 % plus élevées respectivement que dans la fonction publique et le privé. Le salaire d'embauche de la personne la moins qualifiée, nous l'avons dit, est de 2 300 euros mensuels net, hors primes. Comme le Premier ministre ou le président de la République, le fonctionnaire du Sénat le mieux payé émarge à plus de 20 000 euros mensuels.

Trente-deux heures de travail hebdomadaire ; onze semaines de congés annuels, chiffre minimum, qui peut être substantiellement augmenté selon la libéralité du chef de service, et qui, en pratique, atteint pour la plupart des agents quatre mois par an (le Sénat est au repos, au milieu de son unique session, entre le 30 juin et le 1er octobre).

Possibilité de prendre une retraite anticipée - régime dit de "congé spécial" - dès cinquante-trois ans, avec traitement garanti à taux plein (sauf les primes de nuit), jusqu'à la mise en place de la retraite, à soixante ans pour les agents, à soixante-cinq ans pour les directeurs et les secrétaires généraux, avec au choix une année supplémentaire par enfant. C'est l'application d'un principe qui, s'il était étendu à l'ensemble de la population, aurait certainement un beau succès : ne plus travailler du tout, pour gagner à peu près la même chose. »

 

Privilèges