Les privilèges des sénateurs Des primes pour se loger et se déplacer

l'escalier d'honneur du sénat.
L'escalier d'honneur du Sénat. © Christophe Pelletier

Equipement, logement, transports, collaborateurs... Le Sénat finance une partie des besoins de ses membres.

« Le sénateur perçoit une prime informatique mensuelle d'environ 1000 euros par mois. Ce qui permet à chaque sénateur, disent les mauvaises langues, de monter un magasin spécialisé dans la vente d'ordinateurs.

Il reçoit une enveloppe destinée à payer l'équivalent de trois collaborateurs à temps plein (dont les deux tiers peuvent aller à des membres de la famille), sur la base de salaires mensuels d'un peu plus de 2 300 euros.

Il a la possibilité d'emprunter à des conditions très avantageuses, soit pour acquérir un logement (jusqu'à 75 000 ou 150 000 euros selon les régions, au taux annuel de 2 %, sur dix-huit ans), soit pour financer les études de ses enfants (20 000 euros par tête, au même taux).

À cela s'ajoutent, en cas de besoin, des frais d'hôtel (environ 75 euros par jour) et, le cas échéant, des frais de déplacement, mais les sénateurs -comme les députés- voyagent gratuitement sur le réseau SNCF en première classe pendant toute la durée de leur mandat. Leur conjoint ne paye que demi-tarif. Lorsqu'ils sont élus d'une circonscription dotée d'un aéroport, les parlementaires ont d'office droit à quarante allers-retours en avion, et six allers-retours en France métropolitaine en dehors de leur circonscription. Le palais du Luxembourg entretient une flotte de voitures -le pool du Sénat, dans le jargon de la maison- pour le déplacement des sénateurs dans Paris intra-muros et en région parisienne. »

Privilèges