Les seniors qui ont créé des entreprises Mireille Guibert ne voulait plus s'ennuyer

"Je voulais terminer ma carrière sur quelque chose qui me plaisait."

Depuis mai 2006, Mireille Guibert est sa propre patronne. C'est à cette date, à 55 ans, qu'elle a créé Aidadom, membre du réseau de franchises de services à la personne ADHAP Services, spécialisé dans l'aide aux personnes âgées, fragilisées ou dépendantes. Un peu plus de deux ans plus tard, elle emploie 21 personnes, table sur un chiffre d'affaires 2008 de 400 000 euros après 220 000 euros réalisés l'an dernier. Tout cela en étant installée dans une petite commune du Tarn, Lavaur et ses quelques 8 500 âmes.

Auparavant, Mireille Guibert a "toujours été salariée d'entreprise, dans l'achat, le marketing et la vente". Son dernier employeur en date, de 1990 à 2006 : Teleflex Medical, groupe international de vente de matériel médical. Elle en est partie alors "qu'il était très confortable d'être salariée" mais elle "tournait en rond", voyait "peu de perspectives d'évolution" et à partir de 2003-2004 "s'ennuyait vraiment". Elle ne "s'imaginait pas travailler ainsi encore 10 ans" et surtout avait "la volonté de terminer (sa) carrière sur quelque chose qui (lui) plaisait".

Pourquoi s'est-elle lancée dans l'aide aux personnes dépendantes ? "Pour des raisons personnelles, comme souvent dans le réseau ADHAP. Je m'occupais six mois par an de ma mère, elle-même dépendante." La loi Borloo, qui défiscalise depuis 2004 les services à la personne, a aussi constitué une opportunité.

Aujourd'hui, Mireille Guibert ne regrette en rien son choix. "Je n'ai pas eu de mauvaise surprise, même si je sais que j'ai changé, ce qui est normal quand on est de l'autre côté de la barrière. Il y a une certaine solitude aussi, malgré un très bonne équipe". Une équipe pour laquelle elle tient à dire quelques mots : "quand on est chef d'entreprise, ce qui est très importants, ce sont les salariés." Et de se féliciter d'avoir un très faible turn-over.

Services à la personne / Chiffre d'affaires