Présidence de l'UE : les dossiers économiques de Sarkozy Affronter une poussée de l'inflation... et la BCE

En atteignant 4% sur un an en juin 2008, l'inflation dans la zone euro culmine au plus au niveau de son histoire. Evidemment, c'est d'abord la Banque centrale européenne (BCE) qui est concernée par ce phénomène. Elle devrait réagir en relevant son principal taux directeur, qui atteint déjà 4% début juillet, alors que son homologue américaine maintient ses taux à 2%.

Cette action de la BCE pourrait cependant freiner la croissance économique européenne. Christine Lagarde ne s'estime ainsi "pas convaincue de l'opportunité" de voir se creuser à nouveau l'écart entre les taux d'intérêt européen et américain. Quant au président de la République, il estime que "l'inflation d'aujourd'hui est due à l'explosion des matières premières, alors on ne va pas m'expliquer que pour lutter contre l'inflation, il faut augmenter les taux d'intérêt !"

Il n'est cependant pas sûr que pendant sa présidence la France obtienne une oreille plus attentive de la part de la BCE, farouchement attachée à son indépendance. Jean-Claude Trichet, le président de la BCE maintes fois attaqué par les dirigeants français, l'a clairement rappelé.

 

 

Christine Lagarde / Politique économique