Présidence de l'UE : les dossiers économiques de Sarkozy Harmoniser la fiscalité et défendre une TVA à 5,5%

L'harmonisation fiscale est l'un des serpents de mer de la construction européenne. Paris espérait bien mettre à profit ses 6 mois de présidence pour avancer sur ce dossier épineux. En particulier, la France et l'Allemagne ambitionnent d'homogénéiser l'assiette de l'impôt sur les sociétés.

Opposante farouche à ce processus, l'Irlande entend bien défendre son système fiscal avantageux, et tout particulièrement son taux de 12,5%, qui a convaincu bon nombre d'entreprises de s'installer sur l'île. Si la France souhaite relancer l'idée d'une ratification irlandaise du traité de Lisbonne, elle devra mettre entre parenthèses ce thème pour ne pas provoquer une nouvelle levée de bouclier en outre-manche.

Si le thème de l'harmonisation fiscale risque donc d'être mis en sourdine, Nicolas Sarkozy entend bien avancer tout de même sur le dossier de la TVA. En particulier, le chef de l'Etat souhaite enfin voir aboutir cette vieille promesse des dirigeants hexagonaux de baisser à 5,5% le taux de la TVA sur la restauration. Par ailleurs, le Président voudrait "que la TVA sur le disque, comme sur la vidéo, soit mise au niveau de la TVA sur le livre", c'est-à-dire 5,5%.

 

Politique économique / Fiscalité