Les robots éprouvent-ils de l'empathie ?

L'épisode le plus curieux de la visite de Luisa Whitton a eu lieu lorsqu'elle a interrogé le scientifique sur la possibilité que les robots possèdent un coeur. Sans comprendre qu'elle désignait par là le cœur métaphysique et non pas l'organe en lui-même, il lui a répondu, impassible : "Le cœur constitue la partie la plus simple. Les cœurs artificiels sont très répandus aujourd'hui. En ce qui concerne le foie, c'est plus compliqué."
©  Luisa Whitton